ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Bouchots

Dinophag

Programme de recherche sur Dinophysis en Loire-Bretagne

Image d'accueil du dossier Dinophag

Les microalgues du genre Dinophysis peuvent synthétiser des toxines diarrhéiques susceptibles de s’accumuler dans les mollusques bivalves comestibles. Elles constituent de ce fait une menace pour la santé des consommateurs, en Europe comme en Amérique ou en Asie. Depuis les années 80, les eaux littorales des Pays de la Loire sont régulièrement affectées par des proliférations de Dinophysis, principalement l’espèce Dinophysis acuminata. Celle-ci produit, comme d’autres espèces de Dinophysis, des toxines dont les effets aigus sur les vertébrés supérieurs comprennent des symptômes diarrhéiques non spécifiques.

En terme de gestion du risque sanitaire, la réponse à la présence de toxines produites par Dinophysis est l’arrêt de la commercialisation des coquillages, ce qui se traduit par des conséquences économiques et sociales néfastes pour les conchyliculteurs. Les espèces du genre Dinophysis constituent donc aussi un sujet de préoccupation chez les décideurs et aménageurs.

Dinophysis n’ayant jamais pu être cultivé en laboratoire avec les techniques habituellement utilisées pour les microalgues, les chercheurs ont rencontré de grandes difficultés pour faire avancer les connaissances sur les conditions environnementales qui favorisent son développement et sa toxicité.

Des études scientifiques récentes ont montré que Dinophysis est une microalgue étonnante qui déploie une stratégie originale pour assurer sa croissance. Il est devenu possible de cultiver Dinophysis en lui fournissant des proies auxquelles il « dérobe » une partie de leur contenu cellulaire.

En mars 2010, le Laboratoire Environnement Ressources Morbihan/Pays de La Loire (LER/MPL) a répondu à un appel d’offres de la Région Pays de la Loire (« Expertise au profit du territoire 2010 ») pour des projets destinés à valoriser les connaissances scientifiques pour une profession ou une activité. Le projet présenté par le Laboratoire LER/MPL s’inscrivait dans l’axe prioritaire 1 de l’Agenda 21 des Pays de la Loire qui s’intitulait : « Développer une performance économique durable en équilibre avec l’environnement ». Il s’agissait notamment de rendre accessible aux acteurs socioprofessionnels et publics de la Région les connaissances scientifiques sur un phénomène source de nuisances économiques. Le projet, intitulé Dinophag, a été retenu pour un financement par la Région Pays de La Loire et s'est achevé fin 2012.

Ce dossier Envlit se décline en quatre parties correspondant aux axes de recherche développés dans le programme Dinophag :

- Réaliser un bilan des conséquences socio-économiques qu’entraîne la présence de Dinophysis dans les eaux littorales des Pays de Loire.
- Décrire la « chaîne trophique Dinophysis » et les relations complexes existant entre Dinophysis et ses proies.
- Vérifier si dans les eaux littorales des Pays de Loire, on retrouve le modèle de développement de Dinophysis lui imposant de trouver ses proies avant de pouvoir effectuer la photosynthèse.
- Isoler une ou plusieurs souches de Dinophysis et de ses proies dans les eaux des Pays de la Loire pour les mettre en culture afin de pouvoir rechercher ultérieurement en laboratoire les facteurs qui conditionnent la toxicité des souches régionales de Dinophysis.

Ce dossier est aussi disponible au format Pdf : Dinophag

Pays de la Loire
Université de Nantes

fermer

Lire la suitelire