ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2002 > >

L'IRSN en charge du réseau national de mesure de la radioactivité de l'environnement

10/06/2002

Le décret n° 2002-460 du 4 avril 2002 relatif à la protection générale des personnes contre les dangers des rayonnements ionisants, charge le nouvel Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) de la gestion du réseau national de mesures de la radioactivité de l'environnement.

Le réseau national de mesures de la radioactivité de l'environnement qui a pour objectif de "contribuer à l'estimation des doses auxquelles la population est soumise du fait de l'ensemble des activités nucléaires" regroupe :

  • les résultats des analyses radiologiques de l'environnement qui sont contenues dans les programmes réglementaires destinés à surveiller l'impact des rejets issus des activités nucléaires soumises à autorisation ou déclaration ;
  • les résultats des analyses radiologiques de l'environnement réalisées à la demande des collectivités territoriales, des services de l'Etat et de ses établissements publics ainsi que des associations qui le sollicitent.

Les analyses sont effectuées soit par l'IRSN soit par des laboratoires agréés par les ministres chargés de la santé et de l'environnement.

L'IRSN, nouvel organisme chargé de la radioprotection

La création de l'IRSN répond à la volonté de modifier l'ancienne organisation de la sûreté et de la radioprotection. Elle fait suite au rapport remis en juillet 1998 par le député Jean-Yves Le Déaut qui préconisait initialement le rapprochement de la sûreté et de la radioprotection et la sortie de l'IPSN (Institut de protection et de sûreté nucléaire) du CEA pour affirmer ses fonctions et son indépendance. En décembre 1998, le gouvernement décidait de séparer l'IPSN du CEA et de le réunir à l'Office de protection contre les rayonnements ionisants (OPRI) au sein d'un même organisme dénommé : "Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire" (IRSN). Cette décision fut entérinée par l'article 5 de la loi du 9 mai 2001 créant l'Agence française de sécurité sanitaire environnementale (Afsse), après un long débat parlementaire sur les créations de l'AFSSE et de l'IRSN (cf. le site du sénat à l'adresse
http://www.senat.fr/dossierleg/ppl99-318.html). La création de l'IRSN est en effet à rapprocher de celle des trois nouvelles agences de sécurité sanitaire. Comme elles, il devra jouer un rôle actif dans l'information du public dans ses domaines de compétences : les risques nucléaires et radiologiques.

Le décret n° 2002-254 du 22 févier 2002 précise les missions et l'organisation l'IRSN. Etablissement public à caractère industriel et commercial placé sous la tutelle conjointe des ministres chargés de la défense, de l'environnement, de l'industrie, de la recherche et de la santé, il se voit confier deux missions essentielles : l'expertise, pour donner des avis techniques sur les questions liées aux risques nucléaires et radiologiques, et la recherche, pour faire progresser les connaissances et constituer le socle de l'expertise sur les sujets les plus complexes. Ces missions concernent les domaines suivants :

  • la sûreté nucléaire ;
  • la sûreté des transports de matières radioactives et fissiles ;
  • la protection de l'homme et de l'environnement contre les rayonnements ionisants ;
  • la protection et le contrôle des matières nucléaires ;
  • la protection des installations et des transports contre les actes de malveillance.

Le décret précise qu'il "participe à la veille permanente en matière de radioprotection, notamment en concourant à la surveillance radiologique de l'environnement et en assurant la gestion et l'exploitation des données dosimétriques concernant les travailleurs exposés aux rayonnements ionisants et la gestion de l'inventaire des sources de rayonnements ionisants."

L'IRSN comprend plus de 1500 agents avec un budget d'environ 250 Millions d'Euros.

Le réseau OPERA

Dans le cadre de sa mission de gestion du réseau national de mesures de la radioactivité de l'environnement, l'IRSN assure la surveillance de la radioactivité ambiante (à l'état de traces) et étudie le comportement et la dispersion des radionucléides naturels et artificiels dans l'environnement à partir de son réseau OPERA (Observatoire PErmanent de la RAdioactivité). Dans sa composante marine, il est présent sur tout le littoral métropolitain. En Méditerranée, les stations de prélèvement ont été choisies à proximité du delta rhodanien où aboutissent les radioéléments rejetés par les installations nucléaires situées le long du Rhône et de ses affluents. La station de Nice, qui n'est pas soumise aux influences industrielles rhodaniennes, sert de référence.

De même, la station de Roscoff sert de station de référence pour les eaux de l'océan Atlantique entrant dans la Manche tandis que celle de Wimereux permet de suivre leurs niveaux d'activité avant leur arrivée en Mer du Nord et après apports des différents rejets industriels nucléaires en Manche.

2002061

Les 19 stations marines du réseau OPERA

La collecte des échantillons marins est effectuée mensuellement et porte sur les sédiments et sur des organismes vivants (algues, moules et poissons vivant au contact des sédiments) connus pour accumuler les radioéléments au sein de leurs tissus.

A noter que l'IRSN a inauguré cette année sa deuxième station fluviale entièrement automatisée (la première est sur la Seine, à Rouen). Située à Arles, elle prélève les eaux du Rhône et mesure les flux liquides ou solides d'éléments chimiques radioactifs naturels (7Be, 210Pb, 40K...), ou artificiels (produits de fission et actinides) et non radioactifs (nutriments, polluants organiques et métaux traces). Elle devrait permettre de mieux connaître et comprendre les transferts de polluants vers la mer lors des crues du Rhône.

Pour en savoir plus


Le nouveau site de l'IRSN
http://www.irsn.org/

Les résultats de mesures disponibles sur les 18 derniers mois, du réseau OPERA
http://www.ipsn.fr/opera/

 

fermer

Lire la suitelire