ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2002 > >

Plan d'action pour la sauvegarde du marais poitevin

22/08/2002

Le rapport de Pierre Roussel "Un projet pour le marais poitevin", approuvé par la ministre de l'écologie et du développement durable est en ligne sur le site internet du ministère
http://www.environnement.gouv.fr/telch/rapports-ig/2001/1206-rapportmarais-corps.pdf

Seconde zone humide nationale par sa superficie (100 000 hectares) après la Camargue, le Marais Poitevin est d'un intérêt patrimonial majeur. Deuxième site de stationnement et d'hivernage des oiseaux migrateurs aquatiques, il remplit des fonctions importantes de stockage des crues, de recharge des nappes phréatiques, de fixation et transformation des éléments nutritifs, de reproduction et d'alimentation des poissons, de dégradation des polluants... La régression du marais s'est poursuivie ces dernières années : ses prairies permanentes sont passées de 64 000 hectares en 1979 à 29 000 en 1997, alors que, pendant la même période, les grandes cultures (maïs, tournesol, blé, pois...) augmentaient de près de 30 000 hectares. Il est aussi ailleurs très peuplé, avec une population d'environ 100 000 habitants.

Ces modifications ne sont pas sans conséquence sur le milieu marin. Outre l'impact de la contamination des exutoires du marais sur les gisements conchylicoles, l'irrigation croissante pour les besoins de l'agriculture, avec prélèvements dans les nappes superficielles, entraîne des " à sec " des cours d'eau de plus en plus fréquents, avec les conséquences bien connues :

  • absence de dessalures dans les zones de production de naissains ;
  • manque de nutriments à l'automne, pour la pousse des huîtres.

La maîtrise de ces évolutions du marais requiert des actions cohérentes. Le ministère de l'écologie et du développement durable a demandé à Pierre Roussel de mettre en place un plan global. Ce plan, qui a été arrêté par le gouvernement en décembre 2001, notifié aux autorités européennes en mars 2002, et avalisé par la ministre de l'écologie et du développement durable en juin 2002, comporte 9 volets principaux dont nous citerons les aspects :

  • Hydraulique ; il s'agit de gérer l'eau de façon équilibrée, de préserver les zones humides, tout en permettant l'exploitation du marais et la conchyliculture. Il faut à la fois garantir une alimentation en eau suffisante l'été et gérer au mieux les épisodes de crue.
  • Connaissance ; un suivi scientifique complet du marais et de son évolution sera effectué. Il portera sur les aspects hydrauliques (établir un diagnostic du fonctionnement hydrologique global du marais et quantifier les flux d'eaux superficielles et souterraines qui l'alimentent) et sur l'évolution des zones humides et des milieux (quantifier et déterminer l'origine des flux microbiologiques, nutriments et phytosanitaires qui sortent du marais et entrent en baie de l'Aiguillon et dans le Pertuis Breton, ainsi que le devenir de ces apports dans le milieu marin).
  • Agriculture ; les deux objectifs majeurs sont l'optimisation de la gestion de l'irrigation, afin de limiter les prélèvements d'eau superficielle, et l'accroissement de la surface en prairies par une compensation financière de 61 ? /an par hectare de prairie existante dans le marais desséché et de 122? /ha/an dans le marais mouillé.
  • Financiers ; le coût total du plan, sur 10 ans, est estimé à 161 millions d'euros. Les principaux partenaires financiers seront l'État, les régions et les départements. L'Europe sera également sollicitée, ainsi que l'agence de l'eau Loire-Bretagne.

Pour en savoir plus


Les pages du ministère de l'écologie et du développement durable sur le plan d'action pour le marais Poitevin
http://www.environnement.gouv.fr/infoprat/Publications/syntheses-ige/2001/12096-marais-poitevin.htm

Un projet pour le marais poitevin, rapport de Pierre Roussel
http://www.environnement.gouv.fr/telch/rapports-ig/2001/1206-rapportmarais-corps.pdf

Annexes au rapport de Pierre Roussel
http://www.environnement.gouv.fr/telch/rapports-ig/2001/1206-rapportmarais-annexes.pdf

Le Forum des Marais Atlantiques
http://www.forum-marais-atl.com/

Le rapport '' Simon '' (1998) sur le marais Poitevin
http://membres.lycos.fr/coordmarais/SIMON.htm

L'atlas des marais atlantiques de l'IFREMER
http://www.ifremer.fr/envlit/documentation/dossiers/atlasmarais/atlas.htm

Le site de l'Observatoire régional de l'environnement Poitou-Charentes
http://www.observatoire-environnement.org/

Les informations touristiques
http://www.marais-poitevin.com/

Le site du Conseil général des Deux-Sèvres
http://www.marais-deux-sevres.com/fr/index.html

un historique du marais poitevin
http://www.vendee.com/french/savoir/histoire.htm

les pages du MEDD sur les zones humides
http://www.environnement.gouv.fr/actua/cominfos/dosdir/zonhum1.htm

le site de la convention RAMSAR sur les zones humides
http://www.ramsar.org/

Le site de l'IFEN sur les zones humides
http://www.ifen.fr/zoneshumides/

Le programme national de recherche sur les zones humides (PNRZH)
http://www.oieau.fr/hydrosys/gip-zhpr.htm

Le site zones humides du réseau de bassin Rhône-Méditerranée-Corse
http://rdb.eaurmc.fr/Zones_humides/html/Zone_humide.html

La Station biologique de la Tour du Valat
http://www.tour-du-valat.com/

maraispoitevin2


(photo S. Peythieu)

Crue en octobre 1999 sur le bassin versant du marais. Les zones mytilicoles en aval du marais sont contaminées en périodes de forte crue : les eaux souillées par des contaminations fécales d'origine humaine ou animale (élevages, mais aussi animaux domestiques et sauvages) parviennent au littoral principalement lorsque les débits sont importants. Une partie de la contamination microbiologique peut être stockée dans les sédiments et être restituée ensuite à la faveur d'une remise en suspension de ces derniers. En mer, les nappes polluées s'étalent selon la courantologie. Elles parviennent ainsi jusqu'aux zones de production et aux gisements naturels les plus exposés

 

fermer

Lire la suitelire