ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2002 > >

Thèse : Toxicité potentielle des sédiments marins et estuariens contaminés : évaluation chimique et biologique, biodisponibilité des contaminants sédimentaires

09/01/2002

Olivier GEFFARD a soutenu sa thèse le 21 décembre 2001 à l'Université de Bordeaux I sur :

" Toxicité potentielle des sédiments marins et estuariens contaminés : évaluation chimique et biologique, biodisponibilité des contaminants sédimentaires"

Ses travaux de recherche ont été effectués au laboratoire côtier de l'Ifremer à Arcachon sous la responsabilité d'Edouard HIS.

Résumé de la Thèse

Les sédiments marins et estuariens sont un réservoir pour de nombreux polluants, constituant non seulement une source de contamination pour les organismes aquatiques, mais pouvant également poser un problème de santé publique. La toxicité potentielle de ces sédiments a été abordée à l'aide de bioessais et d'études sur la biodisponibilité des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et métaux contenus dans ces derniers.

En comparant les différents stades de développement testés chez l'huître Crassostrea gigas et l'oursin Paracentrotus lividus, les embryons et les larves d'huître sont apparus les plus sensibles et les mieux adaptés pour évaluer la qualité des sédiments vis à vis des organismes benthiques (sédiment contact ; test d'embryotoxicité) et pélagiques (élutriat ; tests d'embryotoxicité et de croissance larvaire). Il est apparu que d'un point de vue environnemental, les sédiments devaient être testés à l'état frais.

La biodisponibilité des HAP et des métaux sédimentaires a été appréhendée via des études de bioaccumulation et, dans le cas d'une contamination métallique aussi via l'induction de métallothionéines (MT) chez les larves de C. gigas et de la moule Mytilus galloprovincialis. Bioaccumulation et induction de MT se sont révélées plus sensibles, avec des réponses plus précoces, en comparaison des simples bioessais correspondants. Ils permettent, de plus, de faire le lien entre effets au niveau moléculaire (MT), cellulaire (bioaccumulation), individuel (anomalies larvaires et effets sur la croissance) et populationnel (puisque la survie des larves conditionne le recrutement et par suite le maintien de la population).

Une démarche pour l'évaluation de la qualité des sédiments lors d'études de biomonitoring a été proposée et l'intérêt des embryons et des larves de bivalves comme outil en écotoxicologie marine a été confirmé, notamment par leur utilisation lors d'un test embryo-larvaire in situ.

 

fermer

Lire la suitelire