ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2003 > >

Pêche à pied :classement de la petite mer de Gâvres

23/02/2003

La petite mer de Gâvres, zone traditionnelle de pêche à pied de palourdes et coques, n'avait toujours pas de classement sanitaire. A la demande de la communauté d'agglomération du pays de Lorient, qui finance l'étude, le laboratoire de l'Ifremer Morbihan-Pays de Loire (situé à La Trinité-sur-mer) a engagé une procédure de classement qui s'étalera sur un an, avec 26 séries de prélèvements et d'analyses bactériologiques en trois points de la lagune plus deux prélèvements pour la recherche des métaux lourds (plomb, cadmium et mercure) sur une station.

La petite mer de Gâvres, lagune située à l'ouest de la rade de Lorient, s'étend sur 350 hectares séparés de l'océan par un tombolo. Cet ensemble de dunes et de prés-salés atlantiques est classé zone Natura 2000. Peu profonde mais soumise aux effets de la marée, elle constitue une riche réserve écologique : zostère, salicorne, gibiers d'eau (oie sauvage, bernache cravant, tadorne, grand gravelot ...), poissons, crevettes et surtout coquillages qui y sont exploités depuis toujours par la population. Autrefois, la pêche à pied était pratiquée par les femmes et les enfants des agriculteurs, marins ou ouvriers de l'arsenal voisin de Lorient. "Ceux qui font la pêche des palourdes, ricardeaux, sourdons, couteliguets et autres coquillages, et des vers marins que l'on tire des vases dures et des sables, se servent d'une bêche qui ne diffère de celle dont on se sert pour la culture des terres". Ces observations sont tirées des procès-verbaux de l'inspection des pêches sur les côtes françaises à la demande du roi, en 1728, par le Commissaire M. Le Masson du Parc. Ce dernier a classé "en trois grandes catégories les pêches auxquelles se livrent les riverains, qu'il dénomme les pescheurs riverains et les tendeurs de basses eaux. D'abord, les pêches de proximité, dans les petites criques et sur les vasières, sans embarcation, et avec quelques outils rudimentaires qui permettent de se saisir d'anguilles, d'aiguillettes, de crevettes et de gueldre ou guildre, appât de substitution à la rogue pour la pêche sardinière. Ensuite, la pêche à pied, qui consiste en une cueillette des crustacés, des coquillages et de vers marins. Le goémon d'épave relève aussi de la pêche à pied. En revanche, l'exploitation des herbiers et des goémons de rive coupés sur les rochers découverts à basse mer est l'objet d'une réglementation stricte dans l'article X de l'ordonnance de 1681. Le goémon de rive fixé aux rochers est considéré comme une production du territoire villageois et, à ce titre, il appartient aux habitants de la paroisse riveraine. Or, cette collecte ou cette pêche s'insère parfaitement dans l'économie agricole". (Dans "La pluriactivité dans les sociétés littorales, XVIIe-XIXe siècle", par Gérard LE BOUEDEC, Directeur du SOLITO).

Profondément ancrée dans la culture locale, la pêche à pied en petite mer de Gâvres a longtemps contribué à l'alimentation des populations locales. Elle est encore pratiquée à usage professionnel, mais est surtout devenue une activité ludique et parfois éducative, et surtout un atout dans l'attrait touristique. Des études entreprises par l'Ifremer à partir de 1986 ont permis de mettre en évidence la mauvaise qualité des coquillages fouisseurs (palourdes et coques) de cette petite mer et de préciser l'origine continentale de la pollution microbienne, les périodes et la localisation des zones de plus forte contamination bactériologique. Face à la pression du syndicat des pêcheurs à pied qui compte près d'un millier d'adhérents, un arrêté préfectoral de 1990, interdisant la pêche à pied pour mauvaise qualité bactériologique, avait bénéficié d'une dérogation moyennant une organisation " d'ouverture contrôlée " par les Affaires Maritimes pour suivre la collecte et la purification des bivalves avant leur mise sur le marché. Les dérogations et les mesures accompagnatrices, permettant temporairement d'exploiter sans risque pour le consommateur ce gisement naturel de coquillages, ont été renouvelées d'année en année, sous la pression du syndicat des pêcheurs à pied. En 2002, elles n'ont pas été reconduites, au grand dam du syndicat.

La procédure de classement de salubrité engagée, avec des analyses bactériologiques par le laboratoire de l'Ifremer Morbihan-Pays de Loire sur des échantillons de palourdes et d'huîtres prélevés en trois points de la lagune s'étalera sur un an. En fonction des résultats, le site sera classé en

  • A, avec pêche de loisir et pêche commerciale autorisée,
  • B, pêche de loisir soumise à autorisation préfectorale et pêche commerciale autorisée sous condition de passage en bassin de purification,
  • C, pêche de loisir interdite et pêche commerciale autorisée sous condition de reparcage pendant deux mois dans une zone agrée de qualité A,
  • D, toute pêche interdite.

Pour en savoir plus


Note du laboratoire de l'Ifremer Morbihan-Pays de Loire sur la qualité sanitaire de la petite mer de Gâvres
http://www.ifremer.fr/envlit/pdf/divers/MerGavres20030225.pdf

La pluriactivité dans les sociétés littorales-XVIIe-XIXe siècle par Gérard Le Bouedechttp://www.uhb.fr/sc_sociales/crhisco/ABPO/art2002-1.html

Vos droits et démarches - vacances, loisirs : La pêche en mer ou sur le rivage, la pêche sous-marinehttp://vosdroits.service-public.fr/ARBO/191103-FXVAL148.html

Communiqué de presse de la DDASS pour les pêcheurs à pied à l'occasion des grandes marées de septembre 2002http://www.bretagne.pref.gouv.fr/presse/peche_apied.PDF

Dépliant de la DRASS Bretagne sur la pêche à pied. Les différents messages qu'il contient portent sur les risques sanitaires liés à la consommation des coquillages, les conseils culinaires en vue de minimiser ces risques, les précautions en matière de transport et de conservation, les indications pour connaître la qualité sanitaire des secteurs et s'éloigner des zones potentiellement contaminées.http://www.bretagne.sante.gouv.fr/pages/3sante_env/selolicp_depliant.pdf

La surveillance microbiologique sanitaire par l'Ifremerhttp://www.ifremer.fr/envlit/surveillance/remi.htm

Gille Millot et Bertrand Le Floc'h Pêcheurs de palourdes en petite mer de Gâvres Chasse-marée n° 132, pp : 46-55, mars 2000.

20030225carte600

 

fermer

Lire la suitelire