ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2004 > >

Etat des récifs coralliens dans le monde en 2004

15/12/2004

20041215recifsmini.gif

L’Australie, par l’intermédiaire de l’Australian Institute of Marine Science, vient de publier l’état des récifs coralliens dans le monde ( Status of Coral Reefs of the World: 2004), document préparé par le réseau mondial de surveillance des récifs coralliens (GCRMN), et auquel plus de 240 personnes ont contribué. Ce document (de 580 pages en deux volumes), en anglais, contient un « résumé » en français de 15 pages, rédigé par Bernard Salvat.

Le monde fascinant des récifs coralliens est certainement l’écosystème marin le plus menacé, alors que près de 500 millions d’habitants en vivent soit directement de la pêche (dont 30 millions d’habitants de petites îles les plus pauvres de la planète), soit indirectement du tourisme et des autres ressources. Les trois précédents rapports du GCRMN (1998, 2000 et 2002) sur l’état des récifs coralliens dans le monde avaient dévoilé une dégradation continue et alarmante des récifs, aggravée par le phénomène de blanchissement en 1997-1998, dû à l’élévation de la température de surface de l’eau de mer.

Ce nouveau rapport confirme la situation préoccupante. Vingt pour cent des récifs ont été détruits et ne montrent aucun signe de récupération. Vingt-quatre pour cent des récifs sont en grave danger de destruction sous les impacts des activités humaines : pression démographique (urbanisation du littoral), érosion des terres (d’où l’envasement des lagons et l’obscurcissement de l’eau), surexploitation des ressources, pollutions d’origine domestique, agricole (apport d’engrais et de pesticides) et industrielle, développement du tourisme et des techniques de pêche destructrices. Ces détériorations touchent avant tout les récifs des Caraïbes (où la décimation a touché 80% des communautés coralliennes mais avec des indices de récupération sur certains récifs) et le Sud-Est asiatique où la pression humaine s’accentue (avec peu de signes positifs de récupération).

Quelques points positifs sont cependant à signaler. Les dégradations de prédateurs de coraux tels que l’étoile de mer épineuse dont les destructions ont touché 26 pays, semblent s’être stabilisées ou avoir diminué. Dans les aires récifales bien gérées, les récifs atteints de mortalité en 1998 par le blanchissement (16% des récifs du globe) récupèrent. C’est le cas aux Seychelles et aux Maldives. Mais si de nouveaux blanchissements localisés ont été observés en 2000 et 2003, sans commune mesure avec ceux de 1998, les scientifiques prévoient des réapparitions plus fréquentes d’un évènement à échelle jusqu’alors millénaire.

Pour en savoir plus

Volumes 1 et 2 du Status of coral reefs of the world: 2004

http://www.aims.gov.au/pages/research/coral-bleaching/scr2004/index.html

Initiative Internationale pour les Récifs Coralliens

http://www.icriforum.org

Australian Institute of Marine Science, AIMS

http://www.aims.gov.au/index-ns.html

IFRECOR, Initiative Française pour les Récifs Coralliens

http://www.ecologie.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=259

 

fermer

Lire la suitelire