ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2004 > >

L'odeur des ulves

10/12/2004

La prolifération des ulves sur le littoral est la question d'environnement littoral marin que se pose le plus souvent les lycéens, et qu'ils choisissent comme sujet de leurs travaux personnels encadrés (TPE). L'Ifremer a mis en ligne sur ce site internet plusieurs documents (Ressources documentaires) fournissant les éléments de compréhension de ce phénomène d'eutrophisation : le rôle des nitrates, les raisons de la sensibilité d'un site marin, les indicateurs de l'eutrophisation, etc.

Plusieurs élèves nous ont cependant fait remarquer que nous ne donnions pas d'explication sur l'une des formes les plus gênantes de la pollution provoquée par les ulves : les odeurs qu'elles engendrent, les réactions chimiques et gaz responsables de la mauvaise odeur des ulves en décomposition. Les TPE n'étant pas encore remis, voici quelques éléments pour les aider dans leur travail.

L'odeur d'oeuf pourri dégagé par les ulves en putréfaction est créée par l'hydrogène sulfuré H2S, qui résulte de l'utilisation du soufre comme oxydant par des bactéries anaérobies capables de dégrader la matière organique en absence d'oxygène (en milieu aérobie habituel, d'autres bactéries font cette dégradation en utilisant l'oxygène comme oxydant). Les ulves en putréfaction anaérobie dégagent plus ce gaz que d'autres algues car :

  1. leurs tissus sont particulièrement riches en protéines : 24g pour 100g de matière sèche, contre environ 17g/100g pour les algues brunes et 11g/100g pour les algues rouges. Ces protéines contiennent environ 2% de méthionine, acide aminé soufré
  2. leurs tissus contiennent des polysaccharides soufrés, les ulvanes, riches en sulfates

 

fermer

Lire la suitelire