ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2004 > >

La crépidule traquée en Bretagne-Nord

31/08/2004

La campagne de suivi de l'exploitation de la crépidule et de ses effets sur le milieu s'est déroulée du 17 au 25 mai 2004 à bord du navire de l’Ifremer, Thalia.

Face aux problèmes de la prolifération de la crépidule en Bretagne-Nord, un programme d'exploitation industrielle est en cours, sous la gestion de l'association Areval (SRC Bretagne-nord et CRPM Bretagne). Ce projet vise à récolter massivement la crépidule avec une drague aspiratrice dans des secteurs fortement colonisés (baies de Saint-Brieuc et de Cancale notamment), puis à transformer le produit récolté à des fins agroalimentaires.

Depuis 2002, année du début réel de l'exploitation, 20 000 tonnes annuelles sont récoltées. En baie de Saint-Brieuc, les zones retenues par l'administration sont des zones naturellement colonisées (secteur nord-est près de la roche du Taureau, secteur nord de l'archipel des Comtesses, à l'ouest de la baie, dans l'ancienne concession conchylicole). En baie du Mont-Saint-Michel, la zone de récolte est une zone de dépôt, située au nord des parcs ostréicoles en eau profonde, et approvisionnée par les professionnels eux-mêmes.

Cette exploitation fait l'objet d'un contrat d'étude pluriannuel entre l'Areval et l'Ifremer, visant à fournir des informations sur la distribution et l'évolution des stocks dans les secteurs concernés, à mesurer l'efficacité de la récolte, la vitesse de recolonisation des fonds par la crépidule ainsi que l'évolution sédimentaire et bionomique des fonds nettoyés.

Deux zones ont été plus particulièrement analysées cette année : les secteurs des Comtesses et de la baie de Cancale. Les dépouillements sont en cours, mais une évolution spatiale de la population par rapport aux observations précédentes, ainsi qu'un fort taux de recrutement, ont été remarqués d'ores et déjà en baie de Cancale. Ceci laisse présager de la nécessité de poursuivre l'effort de récolte de crépidules pour maintenir l'actuel potentiel aquacole de la baie du Mont-Saint-Michel.

 

fermer

Lire la suitelire