ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2004 > >

Le laboratoire côtier PAC autorisé à surveiller les phycotoxines ASP

19/05/2004

Le Laboratoire National de Référence sur les Biotoxines (AFSSA) vient d'autoriser le laboratoire Provence-Azur-Corse (http://www.ifremer.fr/deltl/) à participer au contrôle officiel des phycotoxines amnésiantes (ASP), dans le cadre du réseau de surveillance du phytoplancton et des phycotoxines REPHY. Ce laboratoire est le deuxième de l'Ifremer, après le laboratoire côtier de Concarneau, à obtenir cette habilitation, délivrée sur la base d'une expérience validée et des résultats des essais d'aptitude organisés par le LNR en 2004. Cette autorisation vient au terme d'une démarche sur plusieurs années, débutée en 2001 par l'installation dans le laboratoire d'un système analytique CLHP/UV, avec le soutien financier de la région PACA, suivie par la formation des analystes, des essais internes et des mesures en double avec le laboratoire de Concarneau, l'audit du Pôle Opérationnel Phycotoxines de l'Ifremer et de sa participation réussie aux essais d'aptitude. Cette habilitation vient conforter le rôle du laboratoire PAC dans le REPHY, puisqu'il vise également une accréditation COFRAC en 2004 pour les phycotoxines.

Rappelons que les phycotoxines amnésiantes sont produites par les microalgues des espèces toxiques Pseudo-nitzschia ( P. pseudodelicatissima et P. multiseries). Ce n'est que depuis quelques années que ces espèces sont observées dans les coquillages du littoral français, en 2000 pour l'atlantique et 2002 pour la côte méditerranéenne. Les toxines amnésiantes sont constituées d'acide domoïque et de ses isomères. Les seuils de sécurité sanitaire et la méthode utilisée en France sont ceux décrits dans les textes réglementaires européens : 20 µg d'acide domoïque par g de chair de coquillage, pour une analyse chimique. Elles provoquent chez les consommateurs de coquillages contaminés une intoxication dont les symptômes apparaissent dans un délai de 2 à 24 heures : ceux-ci sont d'abord de type gastro-intestinal puis peuvent évoluer vers un type neurologique, avec dans les cas les plus graves des pertes de mémoire, des altérations de consciences et parfois des convulsions et un coma.

200405182domoique Représentation 3D de l'acide domoïque

 

fermer

Lire la suitelire