ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2004 > >

RNO, 30 ans de surveillance du milieu marin

12/07/2004

Le 4 juin 1974, à 10h30, une bouteille à prélèvement plongeait dans les eaux de la baie de Villefranche-sur-mer et permettait de remonter le premier prélèvement de l'histoire du Réseau National d’Observation de la qualité du milieu marin, plus connu sous le nom de RNO. Pour la petite histoire, la sonde était de 20 mètres, en surface la température était de 20,50 degré et la salinité de 37,13. Ce prélèvement sera suivi de plus de 60 000 autres en 30 ans, tous compartiments confondus (eau, sédiments, organismes), l’ensemble représentant 882 000 mesures validées.

La création de ce réseau avait été décidée par le gouvernement le 6 décembre 1972. Il faut se souvenir du contexte de l'époque, avec l’importante prise de conscience des problèmes d'environnement dans les nations industrialisées au cours des années 60-70. Au niveau international, c'est à cette époque que l'ONU met à son ordre du jour les problèmes de pollution; que les premières conventions internationales voient le jour et que les premiers groupes de travail sont mis en place. En France, la protection des eaux continentales était déjà bien engagée depuis 1971 avec l’inventaire national du degré de pollution des eaux prévu par la loi sur l’eau de 1964. Pour le milieu marin littoral, tout était à faire. En effet, comment assurer sa protection alors que les éléments scientifiques indispensables faisaient défaut ? De ce constat découle la création du RNO dont nous retraçons ici la mise en place.

La création du RNO

Par une lettre du 25 août 1971, le ministre délégué, chargé de la protection de la Nature et de l’Environnement, soumettait aux autres ministres concernés le principe de constituer un groupe de travail interministériel qui aurait à se pencher sur l’harmonisation des actions administratives de lutte contre la pollution de la mer. Le comité interministériel du 2 novembre 1971 confirmait la création du Groupe Interministériel chargé des problèmes de Pollution Marine (GIPM) qui avait pour mission d’élaborer dans un rapport des propositions permettant d’établir les éléments d’une politique nationale.

Les conclusions de ce rapport publié en 1972 ont conduit à la création du RNO, décidé par le Comité Interministériel d’Action pour la Nature et l’Environnement (CIANE), le 6 décembre 1972. L’organisation en a été confiée au CNEXO (Centre National pour l’Exploitation des Océans), avec la collaboration de l’ISTPM (Institut Scientifique et Technique des Pêches Maritimes), les deux organismes qui fusionneront en 1984 pour donner naissance à l’Ifremer.

Les premiers prélèvements, de 1974 jusqu’en 1978, ont essentiellement porté sur les eaux marines. Les sites choisis dans un premier temps, dénommés « points d’appui », étaient au nombre de six : les quatre grands estuaires de Seine, Loire, Gironde et Rhône (golfe de Fos), plus deux zones de référence, la rade de Brest et les baies de Cannes et Villefranche-sur-mer. La surveillance se faisait à une fréquence hebdomadaire. Chaque mois 3 000 mesures étaient transmises au Bureau National de Données Océaniques de Brest.

20040712RNO_Analyses Analyses au laboratoire

A la fin de l’année 1975, la surveillance de trois sites supplémentaires était mise en place : Dunkerque, le golfe d’Ajaccio et Saint-Jean de Luz. Deux sites de référence supplémentaires de part et d’autre du littoral méditerranéen, à Banyuls et à Monaco, vinrent compléter au printemps 1976 la couverture de frontière à frontière. Par la suite, entre juillet 1976 et mars 1977, cinq zones conchylicoles importantes furent ajoutées au nombre des sites suivis par le RNO : la baie de Saint Brieuc, le golfe du Morbihan, la baie de Marennes-Oléron, le bassin d’Arcachon et l’étang de Thau. A l’exception de ces trois derniers sites et de Monaco, et jusqu’à la fin de l’année 1977, la surveillance se déroulait à un rythme hebdomadaire. On dénombrait alors près de 1 700 journées de travail à la mer réalisées en trois ans et demi de fonctionnement du RNO.

A partir de 1978, compte tenu de l’expérience acquise et des nécessités budgétaires, la programmation du RNO s’est orientée vers une optimisation des travaux :

  • Réduction des analyses dans la colonne d’eau par diminution des fréquences des sorties à la mer sur l’ensemble des sites surveillés depuis plus de trois ans,
  • Diversification des compartiments surveillés par des prélèvements dans le sédiment et la matière vivante destinés au suivi des contaminants (métaux lourds, organochlorés, HAP,
  • Création ou abandon de sites de surveillance ou de paramètres, à partir d’une redéfinition des missions et des moyens du RNO.

Il est difficile d’imaginer aujourd'hui ce qu'il a fallu d'énergie et d'innovation pour mettre ce réseau sur pied. A l'époque les connaissances dans le domaine littoral étaient assez minces et les compétences très inégales. Entre les laboratoires scientifiques spécialisés mais à faible capacité analytique et les laboratoires d'analyses non familiers du milieu marin, il a fallu mener de larges opérations de formation, organiser des opérations de calibration, et même éditer un manuel de méthodes analytiques qui restera une référence jusqu’à son remplacement prévu en 2004. Le RNO est reconnu pour avoir été un moteur de progrès dans l'analyse chimique en milieu marin littoral pour de nombreux laboratoires français.

Depuis sa création, le RNO a dû évoluer constamment. Aujourd'hui, la mise en place de la directive cadre sur l’eau et la nécessité de surveiller 33 substances prioritaires dans les eaux de transition (principalement les estuaires) et dans les eaux côtières, jusqu’à 12 miles nautiques des côtes, est un nouveau challenge qu’il devra relever.

20040712Carte_RNO_1977 Sites suivis par le RNO en janvier 1977

Pour en savoir plus

Présentation du RNO

Surveillance > Contaminants chimiques

Les bulletins du RNO

Documents > Bulletins > RNO

 

fermer

Lire la suitelire