ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2005 > >

Une thèse pour modéliser la contamination des moules de Méditerranée par les métaux

18/03/2005

Stellio Casas a soutenu sa thèse de doctorat en sciences de l'environnement, le 17 mars 2005, à l'Université de Toulon-Var, sur la " Modélisation de la bioaccumulation de métaux traces (Hg, Cd, Pb, Cu et Zn) chez la moule Mytilus galloprovincialis, en milieu méditerranéen".

Ses travaux de recherche ont été menés dans le département de biogéochimie et écotoxicologie de l'Ifremer à Toulon, sous la direction de Daniel Cossa et Cédric Bacher (Ifremer), ainsi que du professeur Jean-Yves Benaim (Université de Toulon-Var).

20050318rinbioBMIFR29 RINBIO : lot de moules stocké en poche conchylicole - Photo : Frédéric Bassemayousse, photographe

Résumé de la thèse

Le suivi de la contamination côtière par les métaux, au moyen de bivalves du genre Mytilus, est de pratique courante dans de nombreux programmes de surveillance à travers le monde. La bioaccumulation résulte d’une interaction entre facteurs physiologiques (croissance, perte de poids, absorption, stockage), chimiques (transferts métaux, spéciation, biodisponibilité) et environnementaux (température, MES, chlorophylle). L’étude et la modélisation de ces interactions est d’un intérêt considérable pour la compréhension des phénomènes et l’interprétation de la bioaccumulation des métaux traces chez la moule.

Compte tenu des objectifs de l’étude, afin d’intégrer l’effet de l’état physiologique de l’organisme bioindicateur, le modèle de bioaccumulation choisi suit le concept d’un modèle cinétique à base énergétique, par un couplage d’un modèle de croissance (modèle DEB : à budget énergétique dynamique) à un modèle simple d’accumulation. Afin de le paramétrer et de le calibrer, une étude cinétique d’accumulation (6 mois) et de décontamination (3 mois) a été réalisée pour cinq métaux (Hg, Cd, Pb, Cu et Zn), par la technique des transplants, sur trois sites d’étude aux potentiels trophiques et chimiques différents (Baie du Lazaret, Etang de Bages et l’île de Port-Cros).

En plus de traiter de l’accumulation des métaux traces à partir de la voie dissoute et particulaire, le modèle tient compte de la biologie de l’individu et permet de quantifier l’effet de la croissance et des changements environnementaux, tant chimiques que nutritifs, sur la bioaccumulation. L’accumulation des métaux traces se fait à partir de l’eau et/ou de la nourriture alors que l’élimination se fait lors d’étapes physiologiques telles que la reproduction ou directement par excrétion dans le milieu. La contribution de la physiologie de l’organisme détermine des variables d’état tels que le soma, les réserves et le compartiment reproductif, dont les variations dans le temps influencent les cinétiques de capture et d’élimination au sein de l’organisme. Reliant par une méthode explicative les concentrations dans l’organisme à celle du milieu, le modèle permet d’évaluer la contamination effective des sites en s’affranchissant des différences physiologiques dues au trophisme. Cette application a été réalisée par analyse inverse sur le réseau Rinbio de surveillance de la contamination du milieu marin en Méditerranée.

Pour en savoir plus

La thèse dans son intégralité sur :

http://www.ifremer.fr/docelec/notice/2005/notice356.htm

Sur le réseau de surveillance RINBIO ::

région > Provence - Alpes - Côte d'azur > Qualité > RINBIO

Sur les niveaux de contamination des coquillages par les métaux (réseau RNO) :

Surveillance > Contaminants chimiques

 

fermer

Lire la suitelire