ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2006 > >

Un rapport sur les rejets en Méditerranée à l'occasion des 30 ans de la convention de Barcelone

25/10/2006

Le secrétariat du plan d'action pour la Méditerranée (PNUE/PAM), a présenté un rapport sur les rejets en Méditerranée à l'occasion d'une exposition pour commémorer le 30ème anniversaire de la convention de Barcelone. Le PAM a passé en revue les données et l'information fournies par les pays méditerranéens eux-mêmes, décrivant les sources et des quantités de polluants déchargés dans la Méditerranée et les actions requises pour réduire et éliminer cette pollution.

Les sources principales de pollution sont les industries métallurgiques, les raffineries et l'industrie du pétrole, les tannerie, l'industrie chimique organique et inorganique et l'industrie agro-alimentaire. Les charges de nutriments tels que l'azote total (0.2 million tonne/an), le phosphore total (0.9 million de tonne/an) et les métaux (85 000 tonnes/an) sont de loin les rejets directs principaux des sources industrielles ponctuelles dans l'environnement marin. Parmi les émissions industrielles directes de gaz qui peuvent potentiellement affecter l'environnement méditerranéen, le rapport estime qu'environ 47 tonnes/an d'hydrocarbures polyaromatiques (PAHs), 55 kg/an de dioxines et de furfurannes et plus de 200.000 tonnes de carbone organique volatil (VOCs) sont susceptibles d'être libérées de différents secteurs industriels. Selon des données disponibles, en 2003 seulement, 1.96 million de tonnes d'hydrocarbures ont été déchargées de sources ponctuelles dans la mer Méditerranée en plus des rejets en provenance du trafic maritime.

Dans leurs efforts pour réduire les sources de pollution telluriques, les pays méditerranéens ont adopté en 1980 un protocole qui a été améliorée en 1996, et a été suivi en 1997 d'un programme d'action stratégique (SAP) pour réduire et éliminer la pollution de la Méditerranée. Les plans ont été formellement approuvés par les gouvernements en 2005. Le secrétariat du PAM, qui est hébergé à Athènes par le gouvernement grec depuis 1982, coordonne les efforts de protection et de restauration des parties contractantes à la convention de Barcelone.

Rappelons que vient de se tenir du 16 au 20 octobre à Pékin (Chine) la deuxième conférence du Programme d'action mondial pour la protection du milieu marin contre la pollution due aux activités terrestres du PNUE (PNUE/PMA). Un rapport, préparé par le PMA (implanté à La Haye), et transmis à la centaine de gouvernements qui y participaient, couvre les sujets suivants :

  1. Protection des environnements côtiers et marins contre la pollution due aux activités terrestres : Un guide pour l'action nationale,
  2. L'état de l'environnement marin : Tendances et processus,
  3. L'état de l'environnement marin : Évaluations régionales,
  4. Mise en oeuvre du PMA au niveau régional : Le rôle des conventions de mers régionales et de leurs protocoles,
  5. Financement de la mise en oeuvre des conventions de mers régionales et de leurs plans d'action : Un guide pour l'action nationale,
  6. Gestion par l'approche écosystémique : Marqueurs pour l'évaluation de l'avancement.

Pour en savoir plus

Le rapport PNUE/PAM sur les rejets en Méditerranée :

Bientôt sur http://www.unepmap.org/. Peut être obtenu auprès de luisa.colasimone@unepmap.gr

Le rapport mondial du PNUE/PMA (anglais seulement) :

http://www.gpa.unep.org/bin/php/igr/igr2/supporting.php

 

fermer

Lire la suitelire