ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2007 > >

Mytilos : un projet bien mené à terme

04/07/2007

20070704Rinbio125

Porté par Toulon Var Technologies et coordonné scientifiquement par l'Ifremer, le projet MYTILOS a été lancé en 2004. L'objectif était de réaliser une "photographie" de la contamination chimique sur le pourtour de la Méditerranée occidentale. Les résultats ont étés récemment présentés et commentés par les partenaires scientifiques et institutionnels du programme.

Pour mesurer le niveau de la contamination chimique dans la bande côtière méditerranéenne, le projet Mytilos s'est appuyé sur la méthode mise au point en 1996 dans le cadre du réseau Rinbio (Réseau INtégrateurs BIOlogiques), qui utilise les moules comme indicateur de la contamination chimique. Cette méthode dérive de celle utilisée par le programme de surveillance national RNO depuis 1979.

Dans le cadre de Mytilos, trois campagnes océanographiques, coordonnées par l'Ifremer, ont été réalisées en 2004, 2005 et 2006. Elles ont permis la pose de 148 stations artificielles, réparties de façon homogène entre les différents pays, avec un taux de récupération de plus de 82,5%. Les analyses des moules récupérées après leur immersion ont porté sur plusieurs types de contaminants : les métaux lourds, les composés organochlorés et seize hydrocarbures aromatiques polycycliques.

Les partenaires de Mytilos ont présenté ainsi les principaux résultats : à l'échelle du bassin et pour l'ensemble des pays échantillonnés dans le cadre de Mytilos, on observe une contamination relativement homogène. Les niveaux de contaminations ne présentent en effet pas de différence significative avec ceux mesurés dans le cadre du réseau Rinbio (qui concernent uniquement la façade française), qui est, à ce jour, la seule référence concernant cette technique de surveillance dans le champ moyen. Les secteurs les plus fortement touchés concernent essentiellement les pôles urbains et industriels ainsi que le débouché des principaux fleuves, avec un effet de dilution nettement plus fort pour les composés organiques que pour les métaux. Les niveaux mesurés pour ces derniers sont en effet du même ordre de grandeur que ceux obtenus à la côte sur des populations naturelles de coquillages.

  • Pour les métaux lourds, les sites présentant les niveaux les plus élevés ont été : Portoscuso (Sardaigne), El Portus, Cabo del Agua, Portman (Espagne) et à un degré moindre, Porto Ferario (île d'Elbe) et Barcelone (Espagne) pour le plomb.
  • Pour le mercure : El Portus (Espagne), Palerme (Sicile), Skida (Algérie) et surtout Portoscuso (Sardaigne).
  • Pour le nickel : Finguerola, Torrox et Valence (Espagne), embouchure du Rhône, Livourne (Italie) et les stations Sididaoud, Korbus, Tabarka, La Galite (Tunisie), Skida, Oued Zohr, Oran (Algérie), Nador (Maroc).
  • Pour le cadmium Aguilas et Adra (Espagne), Ustica et Filicudi (Sicile).

Pour les molécules organiques, on retrouve une contamination plus diffuse, avec plusieurs zones concernées :

  • Barcelone, Marseille, Naples et Alger pour le DDT et ses produits de dégradation avec, à un degré moindre, l'embouchure des rivières côtières et du Rhône et de l'Ebre.
  • Barcelone, Marseille, Naples, La Madelaine (Sardaigne) et Alger pour les PCBs.
  • Valence (Espagne) et Piombino (Italie) pour les HAPs.
  • Marseille, Barcelone, Bagnoli (Italie), La Madelaine (Sardaigne) et Alger pour les Dioxines et Furanes.

Les niveaux mesurés pour ces contaminants organiques sont faibles et sans risques connus pour la faune et la flore marines. Ils nécessiteront toutefois des investigations complémentaires.

Les résultats montrent également que la méthodologie Rinbio pourrait être utilisée à l'échelle des masses d'eau identifiées au titre de la Directive Cadre Eau (DCE) dans les trois pays européens riverains de la Méditerranée Occidentale. Cela permettrait de disposer d'un dispositif unique et opérationnel de connaissance et d'évaluation de la contamination chimique de la qualité des eaux littorales dans le champ moyen et faciliterait la comparaison des résultats sur la base d'une grille unique d'évaluation. En complément, par la multiplication de stations dans une même zone, l'outil que constitue la station artificielle de moules pourrait être utilisé pour mieux localiser les sources d'apport en contaminants chimiques.

Dans la continuité de Mytilos, le projet Mytimed a été mis en place en 2005 pour la Méditerranée orientale, qui permettra de bénéficier d'un état de référence de la contamination chimique littorale.

 

fermer

Lire la suitelire