ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2007 > >

Une bactérie littorale à moteur hybride

22/02/2007

20070222Helgoland125

"Des scientifiques de l'Institut Max Planck de Recherche en Microbiologie Marine, associés à des collègues allemands et américains, viennent de découvrir des propriétés intéressantes chez une bactérie du littoral allemand. Ce qui était considéré comme une révolution il y a environ 5 ans dans l'industrie automobile se révèle être une "success-story" vieille d'un million d'années dans la nature : la capacité d'un organisme à utiliser un mélange de différentes sources d'énergie.

Certains organismes tels que les plantes ou les algues vertes utilisent la lumière et le dioxyde de carbone pour se développer, tandis que d'autres, tels que les animaux et les champignons, ont besoin de nutriments complexes (protéines et carbohydrates). Certains organismes sont cependant capables, en cas de faible apport en nutriments, d'utiliser leurs photorécepteurs pour obtenir l'énergie nécessaire à leur fonctionnement. Cette capacité, appelée photohétérotrophie facultative, est d'ailleurs très répandue chez le plancton marin.

Des chercheurs allemands avaient isolé, il y a 8 ans, une nouvelle bactérie marine, Congregibacter litoralis KT71. En réalisant des tests de croissance, ils avaient conclu que KT71 était un microorganisme hétérotrophe capable d'assimiler le carbone sous forme de sucres et de petits peptides. Après analyse du génome de cette bactérie aux Etats-Unis, l'équipe de scientifiques a dû se rendre à l'évidence et constater que les gènes codant pour l'utilisation de la lumière comme source d'énergie (photosynthèse) étaient également présents chez KT71. Ils ont donc poursuivi leurs investigations et confirmé que la souche, lorsque les nutriments sont épuisés, se développe mieux en présence de lumière. La bactérie peut donc passer du mode "métabolisme du carbone organique" au mode "photosynthèse" en fonction des conditions environnementales."

20070222Helgoland525

Cette bactérie a été identifiée en Mer du Nord dans les eaux littorales de l'île de Helgoland sur laquelle se trouve la station biologique du plus ancien institut allemand de recherche marine (1892).

Extrait du BE Allemagne numéro 323 (22/02/2007) rédigé par l'Ambassade de France en Allemagne. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur :

http://www.bulletins-electroniques.com

Pour en savoir plus

Le communiqué de l'Institut Max Planck de Recherche en Microbiologie Marine (en allemand) :

http://www.mpi-bremen.de/Meeresbakterien_mit_Hybridmotor.html

 

fermer

Lire la suitelire