ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2005 > >

La controverse sur la contamination des saumons atlantiques d'élevage

05/04/2005

Au cours du colloque sur les "Oméga-3, santé cardiovasculaire et mentale : les experts se prononcent", des chercheurs du Centre hospitalier de l'Université Laval et de l'Institut national de santé publique du Québec ont présenté les résultats d'une étude qui indiquent que les saumons atlantiques d'élevage ne contiennent pas plus de polluants que leurs cousins sauvages.

Leurs conclusions remettent en cause l'exploitation controversée de résultats faite par une équipe américaine qui avait comparé en 2003 des spécimens sauvages de saumon du Pacifique à des spécimens de saumon atlantique provenant d'élevage, deux espèces bien différentes. Au vu des niveaux de contaminants mesurés, cette équipe conseillait de limiter la consommation de saumon d'élevage à un repas par mois ou de lui substituer du saumon sauvage. La publication américaine avait semé le doute tant auprès des consommateurs de poisson qu'auprès des consommateurs de gélules d'oméga-3 fabriquées à base d'huile de saumon.

Les nouvelles données canadiennes s'appuient sur des analyses de 46 saumons atlantiques d'élevage et de 10 saumons atlantiques provenant de rivières québécoises. Les résultats montrent que les saumons d'élevage contiennent autant de dioxines et de furanes, plus de BPC, mais moins de mercure que leurs cousins sauvages. Cependant, dans tous les cas, les valeurs maximales observées se situent plusieurs fois sous la norme sanitaire recommandée. Les mêmes analyses effectuées sur des truites arc-en-ciel provenant d'élevage et de milieu naturel ont conduit aux mêmes conclusions. En prenant du saumon ou de la truite jusqu'à une fois par jour, on ne dépasserait pas 40 % de la dose maximale permise.

L'étude a aussi permis d'établir que les concentrations en oméga-3 sont comparables chez les saumons sauvages, les saumons d'élevage et les truites arc-en-ciel d'élevage, mais trois fois plus faibles chez les truites sauvages.

Pour en savoir plus

Le communiqué de presse de l'université Laval

http://www.scom.ulaval.ca/Communiques.de.presse/2005/mars/Saumonsdelevage.html

 

fermer

Lire la suitelire