ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Glossaire > E > éponge >

Retour Imprimer

Glossaire

éponge

Embranchement des Spongiaires (ou Porifères). Les éponges sont les plus simples des animaux pluricellulaires. Fixées et immobiles, elles ressemblent généralement à de gros sacs. Ce sont des organismes très simples constitués de 3 tissus différents (alors qu'en général les organismes vivants en contiennent des milliers) :

  1. la membrane externe ou ectoderme où l'on trouve un type de cellules, les pinacocytes ;
  2. la membrane interne (endoderme) constituée de choanocytes, des cellules flagellées qui assurent la circulation de l'eau nécessaire à l'apport d'oxygène et de nourriture essentiellement composée de phytoplancton (dinoflagellés). En ce qui concerne les structures sycon et leucon, les choanocytes sont disposés dans des chambres choanocitaires qui débouchent à l'intérieur de l'organisme ; la mésoglée (sorte de gelée située entre les deux membranes) contient deux types de cellules : les scléroblastes (cellules sécrétant les spicules) et les amoebocytes.
  3. La cavité interne (l'intérieur du sac) s'appelle l'atrium. Elle communique avec l'extérieur par 2 types d'orifice. La multitude de pores permet à l'eau de traverser les différents tissus pour arriver à l'atrium. L'eau est ainsi filtrée puis évacuée par un orifice plus gros, l'oscule. Selon le développement plus ou moins complexe de l'éponge, on peut observer plusieurs oscules.

La structure des éponges présente 3 formes : les structures simples de type ascon ou sycon, et la structure complexe de type leucon (en fonction de la complexité de l'agencement des chambres choanocytaires).

Morphologiquement on distingue 3 types d'éponges :

  1. les éponges dressées (ou tubulaires),
  2. les éponges massives (ou ramifiées),
  3. les éponges encroûtantes.

Sur le plan systématique, elles sont réparties en 3 classes selon la constitution de leur « squelette » (ce squelette interne est constitué d'éléments en général isolés, les spicules) :

  1. les Calcisponges (éponges calcaires) : leur squelette est composé de spicules calcaire ou d'une structure calcaire continue. Les trois types d'éponges : ascon, sycon et leucon y sont représentés. Les spicules sont de taille homogène, contrairement à celles des deux autres classes. Les éponges calcaires se fixent sur un substrat dur, contrairement aux éponges hexactinellides qui peuvent simplement se cramponner par leur base dans un fond sablonneux. Elles sont présentes sur le plateau continental, jusqu'à environ 100 m, donc sur les fonds peu profonds (problème de la dissolution des carbonates en fonction de la profondeur) ;
  2. les Hexactinellides (spicules siliceux à 6 pointes) : les « éponges de verre » au squelette siliceux sont des espèces qui vivent au delà du plateau continental (à environ 200 m et plus). Les spicules se subdivisent également en mégasclères et en microsclères. Elles sont composées de 6 pointes : hexactines, suivant 3 axes. Elles sont strictement marines ;
  3. les Démosponges (squelette également siliceux mais les spicules n'ont jamais 6 pointes) : les représentants de cette classe présentent une structure « leucon ». Les spicules sont siliceuses et sont différenciées en mégasclères (grandes spicules) et en microsclères (petites spicules). Les spicules existent sous différentes formes, présentant entre 1 et 4 pointes (monactines à tétractines). Ces spicules et le collagène présent dans le parenchyme constituent le squelette des éponges.

La reproduction des éponges peut se faire par voie sexuée ou par voie asexuée :

  • voie sexuée : les éponges mâles libèrent les spermatozoïdes en pleine eau. Le filtrage actif va rendre possible la rencontre avec les ovules, à l'intérieur des femelles. L'œuf, une fois libéré, commencera sa division puis, la larve, portée par les courants, ira se fixer sur le fond. Ce type de reproduction permet la dissémination spatiale des espèces ;
  • voie asexuée : l'éponge produit un bourgeon qui va se développer. Celui-ci pourra soit se détacher soit rester fixé à l'éponge mère. Ce type de reproduction permet l'extension des colonies d'éponges.

Nutrition : les éponges sont des filtreurs actifs, fixes et immobiles. Les cellules d'endoderme (les chaonocytes) sont pourvues d'un flagelle et c'est le mouvement des flagelles qui assure la circulation de l'eau. Les particules organiques et l'oxygène contenus dans l'eau sont captées à la base des choanocytes, puis transmis dans tout le spongiaire par les amoebocytes. Toutes les particules non assimilables sont rejetées par l'oscule.

Les éponges peuvent mesurer de quelques mm à plus de 1 m 50. Leur couleur varie suivant les espèces. Elles sont cosmopolites, vivant le plus souvent entre 0 et 25 m de profondeur. Mais on peut en rencontrer à plus de 5000 mètres de profondeur. (ζ)

 

fermer

fermer

Lire la suitelire