ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Glossaire > R > roches >

Retour Imprimer

Glossaire

roches

Général : bloc de matière minérale dure. Suivant leur origine, on distingue :

  1. Les roches magmatiques plutoniques : il s'agit de roches provenant de la cristallisation très lente d'un magma en conditions plutoniques, c'est-à-dire au sien de très gros amas injectés en profondeur (un batholite, par exemple). Les roches plutoniques sont toujours constituées de cristaux millimétriques à centimétriques identifiables à l'oeil nu.
  2. Les roches magmatiques volcaniques : roches provenant de la cristallisation d'un magma qui s'est épanché à la surface du globe. Il s'agit donc au sens strict du produit de refroidissement (extrêmement rapide en comparaison de celui qui se développe en conditions plutoniques) d'une lave. La plupart des cristaux constitutifs ne sont pas visibles à l''il nu, ce qui confère à ces roches un aspect tout à fait particulier ; celle d'une pâte homogène, parfois finement vacuolaires (les vacuoles étant la trace d'anciennes bulles de gaz volcaniques initialement piégées dans la lave et qui se sont échappées au cours du refroidissement) sur laquelle se détachent quelques cristaux de plus grandes tailles (millimétriques à centimétriques).
  3. Les roches métamorphiques : ce sont des roches provenant de la déformation et de la recristallisation de roches préexistantes (soit sédimentaires, soit magmatiques, soit même déjà métamorphiques), lorsque ces dernières sont entraînées, lors de la subduction ou de la collision de deux plaques, à grandes profondeurs et donc soumises à des pressions et à des températures beaucoup plus élevées que celles régnant dans les domaines où elles se sont formées. Au cours de leurs transformations (les géologues diraient "de leur métamorphisme"), ces roches acquièrent systématiquement un débit en feuillets (dont l'épaisseur varie du mm au cm) que l'on appelle soit schistosité (dans le cas où ce débit n'est accompagné d'aucune recristallisation visible à l'oeil nu), soit foliation (s'il y a une cristallisation associée, et visible à l''il nu).
  4. Les roches sédimentaires : il s'agit de roches qui se sont formées à la surface du globe et qui proviennent de l'accumulation, au fond des océans ou dans des dépressions continentales (lacs, bassins endoréiques...), de débris minéraux (arrachés aux continents, où aux reliefs environnants, par l'érosion et transportés par les cours d'eau), de débris organiques (des fragments de coquilles, par exemple), et/ou de la précipitation de sels insolubles (tel que le carbonate de calcium "la calcite" qui est le principal constituant des calcaires) à partir des eaux marines ou lacustres riches en sels dissous. Lorsque ces dépôts sont encore meubles et gorgés d'eau, on les appelle des "sédiments" ; une fois compactés (sous le poids des sédiments qui s'accumulent en permanence) et cimentés (par les sels ' carbonate de calcium, silice' qui précipitent à partir des solutions circulant dans les pores du sédiment), ils deviennent ces roches anhydres et dures que l'on appelle des roches sédimentaires. Sur le terrain, ces roches apparaissent stratifiées et elles contiennent très souvent des fossiles. On citera comme roche sédimentaire typique le grès (ancien sable consolidé), l'argilite (ancienne boue argileuse indurée), le calcaire (ancienne boue carbonatée indurée)... (ζ)

 

fermer

fermer

Lire la suitelire