ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Basse-Normandie

Accueil > Votre région > Basse-Normandie > Activités > Conchyliculture > Caractéristiques conchylicoles de la Côte Est du Cotentin >

Conchyliculture

Caractéristiques conchylicoles de la Côte Est du Cotentin

Introduction Histoire Biologie et physiologie Gestion des bassins Ostréiculture Mytiliculture Vénériculture Côte Ouest Cotentin Côte Est Cotentin Calvados

La côte Est du Cotentin est un bassin conchylicole à forte dominance ostréicole (330 hectares de concessions). Cependant, dans la partie la plus au sud, en face d’Utah Beach, près de 19 km de bouchots sont concédés et exploités.

La production

La dernière évaluation des stocks remonte à l’année 2000. Elle est réalisée tous les cinq ans par l’IFREMER au moyen de photographies aériennes.

État des stocks conchylicoles de la Côte Est (Stock report = partie du stock n’atteignant pas la taille marchande)

 

HUITRE

 

Année 

Nombre
 de
 poches
 

Stock
 commercial
 (en t)
 

Stock
 report
 (en t)
 

Poids moyen
 commercial
 par poche
 (en kg)
 

Ratio
 commercial
 

Poids moyen vivant
 par poche
 (en kg)
 

Biomasse conchylicole totale

1990

862 501

8 148

4 780

9,45

0,63

14,99

14 118

1995

1 328 490

12 819

7 170

9,65

0,64

15,05

20 853

2000

1 411 983

12 674

4 907

8,98

0,72

12,45

18 913

 

MOULE

 

Année 

Biomasse de moules
 (en t )
 

Biomasse conchylicole totale

1990

1 190

14 118

1995

864

20 853

2000

1 332

18 913

Les stocks ostréicoles

Stock ostréicole sur la Tocquaise-Coulège Zoom fenetre Composition du stock ostréicole en % du nombre de poches sur la Tocquaise-Coulège
Stock ostreicole dans l Anse du Cul de Loup Zoom fenetre Composition du stock ostréicole en % du nombre de poches dans l'Anse du Cul de Loup
Stock ostreicole a Crasville-Lestre Zoom fenetre Composition du stock ostréicole en % du nombre de poches à Crasville-Lestre
Stock ostreicole a Utah-Beach Zoom fenetre Composition du stock ostréicole en % du nombre de poches à Utah-Beach

La production commerciale apparaît en grande stabilité depuis 1995. On remarque que cette performance a cependant été obtenue en augmentant le nombre total de poches. Parallèlement on constate une baisse du poids d’huîtres vivantes par poche mais surtout une forte diminution du stock report (demi-élevage). Cette situation aurait tendance à montrer :

  • que les limites productives du bassin seraient atteintes par la mise en élevage de cette biomasse totale,
  •  ou que la pratique de l’élevage en cycle long diminue au profit de l’élevage en cycle court..

Quatre secteurs ostréicoles différents peuvent être individualisés du nord au sud :

  •  celui de la Tocquaise-Coulège qui se partage à peu prés équitablement entre élevage et affinage (49 % d’huîtres commercialisables),
  •  celui de l' Anse du Cul de Loup qui est manifestement un secteur d’élevage puisque la "garniture" (ou demi-élevage) compose cette partie du stock à 80 % ,
  •  celui de Crasville-Lestre où l’ensemble des classes d’âge est présent, ce qui n’est pas surprenant, de nombreuses jeunes entreprises n’ayant leurs concessions que dans ce secteur ;
  •  celui d’ Utah Beach où, à l’inverse de l'Anse du Cul de Loup, 89 % des huîtres sont de taille commerciale : ce qui montre que ce secteur est très préférentiellement utilisé pour l’affinage de ces mollusques.

 

 

La commercialisation

Commercialisation Côte Est Zoom fenetre Commercialisation relative des produits ostréicoles de la Côte Est du Cotentin

L’enquête IFREMER qui a été réalisée à la fin des années 90 a permis de mettre en évidence la grande importance des ventes en gros, pour la Côte Est du Cotentin. Celles-ci représentent la moitié du total des ventes. On remarquera que la plupart des acheteurs en gros ne sont pas basé dans ce bassin. Ils sont principalement installés en Charente et secondairement dans le bassin d’Arcachon. De plus, il semble que les ventes en gros soient généralement le fait des plus petites entreprises alors que les ventes de détail concernent surtout les entreprises les plus grandes (graphique ci-contre).

Notons enfin que la production du secteur d’Utah-Beach est commercialisée quasiment uniquement en gros et à un prix élevé. Ces huîtres, d’une qualité exceptionnelle transitent en effet par les claires de Charente pour pouvoir bénéficier de l’appellation "Spéciales de Claires" qui caractérise ces produits de très haute gamme.

Le poids socio-économique de la filière

Environ 80 entreprises sont actives sur la Côte Est du Cotentin de Gatteville, au nord, à Sainte Marie du Mont, au sud. Si quelques entreprises sont extérieures au bassin (implantées à Marennes, Arcachon ou en Bretagne), la plupart d’entre-elles est implantée localement. Ces entreprises ont créé prés de 400 emplois directs, en équivalent temps plein, pour une production totale d’environ 14 000 tonnes, dont la valeur en première vente peut être évaluée à 35 millions d’euros. Comme on sait qu’un emploi direct en conchyliculture crée environ 2 emplois indirects, c’est donc environ 1200 emplois côtiers qui sont induits par la conchyliculture sur la façade est du Cotentin, principalement dans le canton de Quettehou.

Difficultés de la filière

La difficulté principale de cette filière concerne essentiellement les mortalités estivales d’huître adultes qui semblent être en augmentation régulière. Une étude pluridisciplinaire lourde est engagée par l’IFREMER, les universités et les structures locales comme le SMEL (Syndicat Mixte pour l’Equipement du Littoral du département de la Manche) pour tenter de cerner l’étiologie du phénomène. Il s’agit du programme MOREST, dont les conclusions sont naturellement très attendues par la Profession.

La diminution progressive des conditions de croissance annuelle est également préoccupante. La maîtrise de ce critère, fondamental pour assurer la rentabilité du cheptel, passe par une gestion stricte de la biomasse en élevage : il revient naturellement à la profession, en partenariat avec l’Administration gestionnaire du Domaine Public Maritime et les scientifiques. Des développement de populations de compétiteurs trophiques (crépidules ou lanices) sont également en cours et peuvent induire des difficultés de croissance.

D’autres difficultés de moindre importance concerne l’exposition de certains cheptels aux forts vents de nord-est ou aux déplacements de chenaux. Elles ne sont naturellement ni prévisible, ni gérable par les pouvoirs publics.

Au plan commercial le lien de dépendance très fort qui existe entre les producteurs du bassin de Saint Vaast la Hougue et les expéditeurs charentais peut constituer un handicap en cas de difficulté ponctuelle de ces derniers qui les contraindraient à diminuer fortement leurs achats en gros.

Perspectives de la filière

Sociologiquement, il est probable que la disparition progressive des petites entreprises se poursuivra, par manque de repreneur familial. A moyen terme, on peut penser qu’une cinquantaine d’entreprises, disposant chacune d’au moins 5 ha devrait subsister.

Commercialement, le fait que, pour l’instant, la vente en gros des huîtres ne semble pas être moins rémunératrice que l’expédition laisse envisager que cette répartition 50/50 de la commercialisation ne devrait pas évoluer rapidement, malgré les efforts de promotion des huîtres de Normandie.

Source : 
KOPP J., JOLY J.P., LE GAGNEUR E. & RUELLE F, 2000, Atouts et contraintes de la conchyliculture normande 2- La Côte Est du Cotentin, R. int. DRV/RA/LCN 2000-57, 205 p.
 

Eau Seine Normandie / Conseil général du Calvados / Conseil général de la Manche / Région Basse-Normandie

 

fermer

Lire la suitelire