ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Basse-Normandie

Accueil > Votre région > Basse-Normandie > Activités > Conchyliculture > Les techniques d’élevage pratiquées en Normandie : La Mytiliculture >

Conchyliculture

Les techniques d’élevage pratiquées en Normandie : La Mytiliculture

Introduction Histoire Biologie et physiologie Gestion des bassins Ostréiculture Mytiliculture Vénériculture Côte Ouest Cotentin Côte Est Cotentin Calvados

En Normandie, les moules sont élevées sur bouchots le long des côtes du Cotentin (Est et Ouest) et sur tables en Baie des Veys.

L'élevage sur bouchots

Le mot bouchot vient du gaélique bout (clôture) et chot (bois). L’utilisation des bouchots remonte au XIII  ème   siècle dans le pertuis Breton (Baie de l’Aiguillon). A la même époque, ailleurs, et jusqu’au XIX ème siècle, seule l’exploitation des gisements naturels était pratiquée. En France, après 1860, cette culture s’est étendue au sud (Oléron) puis au nord plus récemment (Vendée, Bretagne, Normandie et Nord).

 

Evolution de la production myticole nationale Zoom fenetre Evolution de la production mytilicole nationale - source : BARRET J., 2003

 

Production mytilicole relative des différents bassins Zoom fenetre Production mytilicole relative des différents bassins - source : BARRET J., 2003

 

De nos jours, la production des bouchots représente plus des trois quarts des élevages de moules. A l’origine et jusqu’en 1850, les pieux étaient implantés en lignes formant un V et servaient accessoirement de pêcherie ; puis ces lignes de pieux ont été plantées parallèlement afin de réduire l’emprise au sol.

L'implantation de la mytiliculture en Normandie est beaucoup plus récente. Elle date du début des années 60, lorsqu'il a fallu reclasser les petits pêcheurs côtiers ruinés par l'hiver extrêmement rigoureux des années 1962-63. Elle s'est développée très rapidement, particulièrement sur la Côte Ouest du Cotentin, au point que la Basse-Normandie s'est hissée au premier rang national, en terme de production, avec 38 % des apports.

Bouchots sur pieux carrés Zoom fenetre Bouchots sur pieux carrés - source : Ifremer

De nos jours, le bouchot désigne une ligne de pieux (120 à 200 pieux) régulièrement espacés sur 100 m de long. Les lignes sont souvent doubles. Les bouchots sont espacés de 25 mètres et 1 hectare de terrain contient donc 5 bouchots. Les pieux ont une longueur de 3 à 6 mètres et sont en chêne (plus résistant), en châtaignier, et plus récemment en bois du Brésil. Ils sont plantés l'extrémité la plus mince en bas. Des essais ont été réalisés avec des pieux en aluminium, en ciment, en plastique de récupération ou en sapin. Ils n’ont pas donné satisfaction par manque de flexibilité ou par sensibilité aux tarets en ce qui concerne le sapin. Actuellement, on vend de plus en plus des pieux carrés (photo ci-contre) de 8 ou 9 cm de côté (prévus à l'origine pour des clôtures) en bois exotique très résistant. Ils sont cependant plus chers. A l’origine de leur implantation, les pieux étaient boulonnés sur des supports enfoncés dans le sol. Depuis quelques années ils sont plantés directement comme les anciens pieux en bois local.

L’implantation se fait en hiver, à la moto-pompe ou à la "tape-tape" hydraulique. Ils sont recouverts d’un film plastique (pour empêcher la fixation des balanes) en attendant la mise en place des cordes à moules. Le travail se fait en bateau, en tracteur ou en véhicule amphibie.

 

Captage du naissain

Captage du naissain Zoom fenetre Captage du naissain (Côte Ouest Cotentin) - source : Ifremer / LERN

Autrefois réalisé sur les pieux eux-mêmes, le captage du naissain se fait actuellement sur des cordes de coco clouées sur des pieux, ce qui facilite leur transport et leur réimplantation ultérieure. Le captage a lieu entre mars et juin à Noirmoutier et en Charente Maritime, et les cordes sont expédiées de mai à juillet, particulièrement vers des zones comme la Bretagne ou la Normandie où le captage est très faible.

Les cordes sont alors installées horizontalement sur les chantiers (situés à un coefficient de marée d’environ 80) afin de les protéger des prédateurs et de vérifier l’importance du captage (photo ci-dessus).

Mise en élevage

Mise en elevage des moules Zoom fenetre Mise en élevage des moules - source : Ifremer / LERN

 

Récolte des bouchots en tracteur Zoom fenetre Récolte des bouchots en tracteur - source : Ifremer

 

Prédation des moules par les oiseaux Zoom fenetre Prédation des moules par les oiseaux - source : Ifremer

 

 

En juillet, les pieux sont nettoyés (ou débarrassés de leur protection en plastique), puis 3 à 5 mètres de cordes sont enroulées et clouées sur chaque pieu : c’est le boudinage. Au fur et à mesure de la croissance, les moules s'écartent du pieu et peuvent tomber. L'opération de catinage consiste alors à envelopper le pieu d'un filet de nylon ou de plastique retenant les moules (photo ci-contre).

 

Ce filet a aussi une fonction de protection contre la prédation par les oiseaux. Cette opération peut être répétée plusieurs fois avant que les mollusques n’atteignent leur taille commerciale, généralement au bout d’un an. Les années de mauvais captage de naissain, les petites moules d’un an, non commercialisables, peuvent être mises dans un tube de filet en plastique et remise sur pieu. C’est la plisse.

 

 

Dans certains secteurs, on récolte manuellement (ou à la demi-lune ou "pêchoire" : grattoir muni d'un filet) les moules extérieures (les plus grosses) pendant la période de croissance, laissant ainsi la place aux moules sous-jacentes plus petites.

Cependant, que ce soit en tracteur ou en bateau, la récolte tend à se mécaniser de plus en plus grâce aux "pêcheuses", sorte de bras hydrauliques enserrant les pieux et permettant leur récolte totale en quelques secondes (photo ci-contre).

Après un passage en réserve, sur la partie haute de l’estran, les moules sont ensuite lavées, triées, débarrassées ou non de leur byssus, mises en sac (1, 2 ,5 ou 15 kg) et expédiées. Les pieux cylindriques sont ensuite nettoyés à l’aide d’un outil en forme de demi-lune.

L’une des grosses difficultés de ce type d’élevage est liée à la prédation. Les moules de bouchot peuvent être, en effet, attaquées soit par le bas par les perceurs, soit par le haut par les oiseaux (photo ci-contre).

Commercialisation

Les ventes s’étalent de mai à janvier pour Mytilus edulis et en hiver pour Mytilus galloprovincialis élevée en Baie de Saint Brieuc. La longueur des moules généralement âgées d’environ 18 mois atteint 40 à 60 mm. Deux types de vente coexistent : les ventes au détail et les ventes en gros. Le rendement d’un pieu varie, selon la qualité du naissain et la profondeur de son implantation, de 15 à 60 kg, la moyenne se situant aux environs de 30 kg. Selon le mode de conditionnement, le prix de vente peut atteindre 2 €/kg.

L’élevage en poches

Ponton de l'ancien port artificiel d'Arromanches Zoom fenetre Ponton de l'ancien port artificiel d'Arromanches - source : Ifremer

Les bouchots ne sont pas implantés en Baie des Veys. L’utilisation des cordes à moules n’est donc pas envisageable et seul l’élevage des moules en poches (comme les huîtres) est possible. Notons cependant qu’à l’origine les moules étaient élevées dans des entrelacs de branchages disposés sur des tables en bois.

Le naissain provient généralement des très jeunes moules sauvages grattées le plus souvent sur les pontons de l’ancien port artificiel d’Arromanches comme l’atteste la photographie ci-contre.

Pour en savoir plus

Vous pouvez télécharger les cartes suivantes au format pdf afin d’obtenir une impression de bonne qualité.

Les productions mytilicoles en 2006 (biomasse totale en élevage)
Les productions mytilicoles en 2006 (estimation de la biomasse totale en élevage) / Ifremer, 2004 - Document Pdf, 1 Mo

 

Eau Seine Normandie / Conseil général du Calvados / Conseil général de la Manche / Région Basse-Normandie
Les productions mytilicoles en 2006 (biomasse totale en élevage) Zoom page

Les productions mytilicoles en 2006 (estimation de la biomasse totale en élevage)

 

fermer

Lire la suitelire