ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Basse-Normandie

Accueil > Votre région > Basse-Normandie > Activités > Conchyliculture > La Vénériculture >

Conchyliculture

La Vénériculture

Introduction Histoire Biologie et physiologie Gestion des bassins Ostréiculture Mytiliculture Vénériculture Côte Ouest Cotentin Côte Est Cotentin Calvados

Le mot vénériculture vient du nom de genre vénéridés qui désigne les palourdes. Plusieurs espèces de palourdes vivent à l'état sauvage sur les fonds de sables grossiers ou de graviers de la côte Ouest du Cotentin. On trouve à mi-marée : la palourde européenne ( Ruditapes decussatus) et la palourde japonaise ( Ruditapes philippinarum). Plus bas sur l'estran, puis en dépassant la limite des plus basses mers, vivent la palourde rose ( Venerupis rhomboïdes), exploitée à la drague, et la palourde bleue ( Venerupis pulastra), de moindre importance économique.

Palourdes Zoom fenetre Palourdes - source : Ifremer / O. Barbaroux

Après que des essais d'élevages aient été menés sur la palourde européenne, les producteurs français se sont tournés exclusivement vers la palourde japonaise, d'un pris de vente moins élevé, mais qui offre une vitesse de croissance supérieure, particulièrement au cours des premiers stades de vie du mollusque.
En Normandie, l'élevage des palourdes est pratiqué exclusivement à Chausey par la SATMAR (Société Atlantique de Mariculture, dont le siège est à Gatteville) qui assure la totalité du cycle d'élevage des palourdes, de la maturation des géniteurs à la commercialisation du produit. Cette société qui, à la base est une écloserie de mollusques, commercialise une production de palourdes adultes évaluée à 210 tonnes/an.

Eau Seine Normandie / Conseil général du Calvados / Conseil général de la Manche / Région Basse-Normandie

 

fermer

Lire la suitelire