ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Basse-Normandie

Accueil > Votre région > Basse-Normandie > Activités > Patrimoine > Les sémaphores de Basse-Normandie >

Patrimoine

Les sémaphores de Basse-Normandie

Les archives maritimes Les phares et balises Les sémaphores

Historique

Dès les origines de la navigation, avec l’apparition des premières invasions venues de la mer, la surveillance des côtes est devenue un souci permanent des populations riveraines. Des postes de guets ont alors créés avec mission de surveiller le large, découvrir les navires ennemis et de signaler les approche.

Semaphore de Saint-Vaast la Hougue Zoom fenetre Le sémaphore de Saint-Vaast la Hougue - source : FOSIT

 

À l’époque romaine, on compte 3200 tours de guet réparties sur les 5600 km du littoral de la France actuelle.

En 1795, une ligne continue de vigies est créée sous la direction de la marine. Les transmissions se font d’abord au moyen de pavillons, puis à partir de 1807, on utilise le télégraphe de CHAPPE.

Après l’Empire, les sémaphores sont jugés superflus en temps de paix et supprimés de 1814 à 1858.

Le service électro-sémaphorique est créé en 1862 : les sémaphores, modernisés, sont dotés d’un mât métallique orientable et relié par télégraphe. Les bâtiments ont alors grand besoin des sémaphores pour relayer leurs communications.

Depuis quelques années, les missions des guetteur-sémaphoriques ont été élargies et l’Etat Major de la Marine a décidé la création de la FOSIT (Force d’Intervention et de Surveillance du Territoire).

Les missions des sémaphores

Surveillance visuelle des navires Zoom fenetre Surveillance visuelle des navires en approche - source : FOSIT

 

 
Surveillance visuelle des navires Zoom fenetre Surveillance visuelle des navires en approche - source : FOSIT
 

 
Recueil et transfert d information Zoom fenetre Recueil et transfert d’information sur les navires identifiés - source : FOSIT
 

Les Sémaphores actuels assurent deux types de missions : l’une à caractère militaire et l’autre de Service Public.

Missions militaires

Dans la droite ligne des raisons qui ont poussé à leur création, les sémaphores ont toujours une vocation militaire. Ils sont gérés par un Service spécial de la Marine Nationale : la FOSIT, basée dans l’arsenal de Cherbourg. Leur mission principale est donc d’assurer la présence de la marine nationale en certains points de la côte, de réguler et de surveiller le trafic maritime en identifiant les navires. 

Missions de service public

  • La FOSIT participe à la sauvegarde de la vie humaine et des biens en surveillant la zone maritime dévolue à chaque sémaphore. Cette surveillance est visuelle (jumelles et radar) mais se fait également par l'écoute des fréquences de détresse. Si nécessaire la participation directe aux opérations de sauvetage est réalisée. Comme la surveillance du trafic maritime, cette mission se fait sous l’autorité ou en collaboration avec les CROSS régionaux.
  • La FOSIT prête son concours aux autres administrations (Douanes, Affaires maritimes, Gendarmeries, Mairies) dans le cadre de la coordination de l'action de l'Etat en mer exercée par le Préfet Maritime (police des pêches, surveillance des zones interdites de mouillage, des sites archéologiques, du balisage de jour et de nuit).

 

Les moyens en Basse-Normandie

Un nombre total de 8 sémaphores est géré par la FOSIT de Cherbourg, dont 6 dans la Manche et 2 dans le Calvados (voir les fiches individuelles). La couverture du littoral bas-normand est donc totale et permanente compte tenu du statut militaire de l’ensemble du personnel. En sus de la vingtaine de personnes en poste dans l’arsenal de Cherbourg, les effectifs sont répartis de la manière suivante dans chaque sémaphore.

Effectifs dans les sémaphores de Basse-Normandie (données FOSIT août 2006) 

Sémaphores

Masculin

Féminin

Total

Le Roc (Granville)

8

1

9

Carteret 

8

1

9

La Hague 

7

0

7

Le Homet (vigie)

6

3

9

Barfleur 

7

2

9

Saint Vaast 

3 (dont 1 d'active)

1

4

Port en Bessin 

7

3

10

Villerville 

7

2

9

Total 

53

13

66

 

Les différents sémaphores des côtes de Basse-Normandie

  • Le sémaphore de Saint Vaast la Hougue
  • Le sémaphore du Roc
  • Le sémaphore de Carteret
  • Le sémaphore du Roc
  • Le sémaphore de la Hague
  • Le sémaphore de Barfleur
  • Le sémaphore de Port-en-Bessin
  • Le sémaphore de Villerville
Les différents sémaphores des côtes de Basse-Normandie / Ifremer, 2008 - Document Pdf, 898 Ko

 

Source : 
L’ensemble des documents et données présentés dans cette fiche ont été fournis par la FOSIT.
 

Pour en savoir plus

Vous pouvez télécharger les cartes suivantes au format pdf afin d’obtenir une impression de bonne qualité.

Les sémaphores de Basse-Normandie
Les sémaphores de Basse-Normandie / Ifremer, 2009 - Document Pdf, 4 Mo

 

Eau Seine Normandie / Conseil général du Calvados / Conseil général de la Manche / Région Basse-Normandie
Les sémaphores de Basse-Normandie Zoom page

Les sémaphores de Basse-Normandie

 

fermer

Lire la suitelire