ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Basse-Normandie

Accueil > Votre région > Basse-Normandie > Activités > Population > Occupation du sol et aménagements côtiers >

Population

Occupation du sol et aménagements côtiers

Organisation administrative Occupation du sol et aménagements La démographie

L'artificialisation du littoral est un problème national aujourd'hui en France et, localement en Basse-Normandie, il n'est pas à négliger. Sur la bande terrestre, la pression d'urbanisation est importante et résulte de la construction de bâtiments pour le tourisme, les industries, les activités agricoles et les habitats permanents.

En Basse-Normandie, l'urbanisation est importante sur la côte Fleurie qui est un haut lieu touristique avec des villes telles que Cabourg, Deauville et Honfleur. Les zones du nord-Cotentin avec l'agglomération cherbourgeoise et du sud-ouest de la Manche au niveau de la baie de Granville sont également fortement urbanisées 1 (cf.carte).

Au niveau du littoral de la plaine de Caen, une forte proportion des terrains littoraux correspond à des espaces agricoles entrecoupés d'espaces urbanisés. Entre la pointe de Saire et la pointe de Barfleur (nord-est Cotentin), de nombreux terrains agricoles (maraîchage) sont également présents sur les communes littorales 1 (cf.carte).

Enfin, certaines zones littorales bas-normandes sont assez préservées de l'urbanisation. En effet, le littoral du nord-est et du nord-ouest Cotentin est caractérisé par une forte proportion d'espaces naturels 1 (cf.carte).

En ce qui concerne la frange marine du littoral, elle subit également des pressions d'urbanisation qui provoquent la destruction ou la modification des milieux naturels. Dans le cadre de la mise en place de la Directive Cadre sur l'Eau, différents travaux ont été réalisés par l'Agence de l'Eau Seine-Normandie et la DIrection Régionale de l'ENvironnement (DIREN) afin de réaliser un état des lieux des bassins côtiers normands. Un découpage des masses d'eau côtières a été mis en place et certaines ont été désignées provisoirement comme «fortement modifiées» (MEFM) ou «artificielles» (MEA) 2 . Les altérations prises en compte sont les suivantes 2 :

  • Dragage et rejets de matériaux, extraction de granulats,
  • Ouvrages d'aménagements : endiguements simples, villes côtières, ports et chenaux d'accès, estuaires, havres et baies aménagées,
  • Centrale électrique (important rejet d'eau),
  • Cultures marines à l'origine de dépôts (myticulture et ostréiculture),
  • Pêche par arts traînants (chalutage et dragage).

Suite à cette désignation provisoire, des études complémentaires doivent être menées, d'une part sur l'impact écologique des modifications physiques générées par ces activités humaines, d'autre part sur l'importance socio-économique des activités elles-mêmes.

Sources : 
1  Direction Régionale de l'Equipement, Inventaire Permanent du Littoral de France IPLI 95
2  Agence de l'Eau Seine-Normandie & DIREN Ile-de-France-Bassin Seine-Normandie, État des lieux du district hydrographique de la Seine et côtiers normands, 206p.

Eau Seine Normandie / Conseil général du Calvados / Conseil général de la Manche / Région Basse-Normandie
Description provisoire des masses d'eau DCE fortement modifiées Zoom page

Description provisoire des masses d'eau DCE fortement modifiées

Les zones alluviales aménagées Zoom page

Les zones alluviales aménagées

Occupation du sol sur le littoral Zoom page

Occupation du sol sur le littoral

 

fermer

Lire la suitelire