ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Basse-Normandie

Accueil > Votre région > Basse-Normandie > Etudes spécifiques >

Les Lanices

Lanice conchilega Zoom fenetre Lanice conchilega - source : Ifremer

Lanice conchilega (photo ci-contre) est un annélide polychète d'une longueur moyenne de 10 à 15 cm pour un diamètre de 5 mm, de couleur jaunâtre ou verdâtre à l'état adulte. L'animal se développe à l'intérieur d'un tube vertical, constitué de grains de sables agglomérés par du mucus. Le tube sableux, beaucoup plus long que l'animal, peut atteindre des profondeurs de plus de 40 cm. La partie supérieure de l'animal est constituée d'un panache de 15 à 20 longs tentacules rétractiles lui permettant de collecter sa nourriture dans un rayon de 10 à 15 cm.

Le développement de Lanice conchilega en milieu estuarien montre qu'il s'accommode parfaitement de milieux turbides voire pollués (Buhr & Winter, 1977 in Ropert, 1999).

C'est en 1986 que, pour la première fois, les professionnels de la Baie des Veys ont attiré l'attention de l'IFREMER sur le développement d'une population de Lanice conchilega au sein des parcs conchylicoles. La zone la plus fortement colonisée se localise dans la partie centrale des parcs avec des densités pouvant dépasser les 3 000 individus/m².

Le développement et le caractère proliférant de Lanice conchilega font, que depuis 1992, cette espèce n'a cessé de progresser, inscrivant sa domination sur le peuplement benthique de manière continue. Les conséquences de son extension sont aujourd'hui très préoccupantes pour l'activité conchylicole en Baie des Veys.

En effet, les niveaux d'abondance rencontrés en Baie des Veys induisent de profondes modifications du milieu à différents niveaux :

Lanices sous les tables ostréicoles Zoom fenetre Lanices sous les tables ostréicoles - source : Ifremer / LERN

Modification de la nature du substrat

La juxtaposition très resserrée des tubes les uns contre les autres modifie la structure du substrat. De plus, les lumières des tubes, gorgées d'eau, donnent au substrat une consistance d'éponge. La modification du substrat est telle dans certains secteurs qu'il peut être dangereux pour les professionnels de s'y engager avec leur engin automobile obligeant certains à réduire leur activité sur les concessions les plus touchées.

Accélération des processus d'ensablement

Le panache sableux du tube des lanices a un rôle de piège à sédiment. La présence de populations denses se traduit par l'apparition rapide de buttes sableuses pouvant atteindre 10 à 20 cm. Cette accumulation de sédiment s'observe en particulier sous les tables ostréicoles où le sédiment n'est pas perturbé par le passage des engins mécaniques.

Enrichissement du milieu en matière organique

Les organismes filtreurs des secteurs conchylicoles contribuent à l'enrichissement du milieu en matière organique en rejetant une partie de la nourriture ingérée sous forme de biodépôts (féces et/ou pseudoféces). La capacité de Lanice conchilega à piéger les particules amplifie l'enrichissement du milieu en matière organique.

Risque de compétition trophique

Cet annélide est capable de modifier son comportement trophique, déposivore* ou suspensivore*, en fonction de la densité d'individus. Les niveaux de densité élevées rencontrés sur les parcs conchylicoles de la Baie des Veys réduisent considérablement les quantités de nourriture disponibles sur le substrat. Par conséquent, les lanices compensent ce déficit en adoptant le mode suspensivore. L'annélide est donc susceptible de prélever sa nourriture dans le même compartiment alimentaire que les huîtres. Le risque d'une compétition trophique entre les coquillages en élevage et la population de lanices ne peut être écarté.

A l'échelle de la Basse-Normandie, cette espèce colonise aujourd'hui la quasi-totalité de l'estran de la côte du Calvados jusqu'à la Baie des Veys.
Le département de la Manche n'est pas épargné. La région de St Vaast La Hougue est le siège depuis le début des années 90 d'un développement croissant de Lanice conchilega. Sur la côte Ouest du Cotentin, de larges colonies ont été observées dans les secteurs conchylicoles compris entre Granville et Agon-Coutainville. L'archipel de Chausey est également colonisé par cette espèce depuis quelques années.
Si la colonisation du littoral du Calvados par les lanices semble relativement homogène, ce n'est pas le cas sur le littoral du département de la Manche. En effet, que ce soit sur la côte Est ou la côte Ouest, l'installation et le développement des populations intertidales de Lanice conchilega semblent préférentiellement s'établir dans les zones d'activité conchylicole.

Notes :
*déposivore : se nourrissant des particules déposées sur le substrat
*suspensivore : se nourrissant de matières en suspension dans l'eau

Source :
ROPERT M., 1999, Caractérisation et déterminisme du développement d'une population de l'annélide tubicole Lanice conchilega (Pallas, 1766) (Polychète Terebellide) associé à la conchyliculture en Baie des Veys (Baie de Seine Occidentale), Muséum National d'Histoire Naturelle, Th. Doct. Environ. Mar., 181p.

Eau Seine Normandie / Conseil général du Calvados / Conseil général de la Manche / Région Basse-Normandie

 

fermer

Lire la suitelire