ifremer Ifremer environnement
Visuel Region
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
b
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Basse-Normandie

Accueil > Votre région > Basse-Normandie > Milieu > Patrimoine naturel > Les falaises littorales >

Patrimoine naturel

Les falaises littorales

Au large L'estran et la frange littorale Les massifs dunaires Les baies, les estuaires et les havres Les falaises littorales Les marais

Les falaises côtières bas-normandes se situent sur le littoral du Bessin et du nord-ouest du Cotentin. Ces milieux quasi verticaux présentent différents habitats, corniches et replats étroits, permettant aux végétaux de se développer 1 .

Les lichens : IFREMER Les lichens - source : Ifremer
Armerie maritime Armérie maritime - source : Ifremer
Falaises du Bessin Zoom fenetre Falaises du Bessin - source : Ifremer / LERN

Au pied des falaises, les zones battues par les vagues sont colonisées par différents lichens. Tout d'abord, se développe le lichen noir ( Verrucaria maura) puis un peu plus haut des lichens orangés ternes ( Caloplaca marina). Ensuite, des plantes à fleurs apparaissent accompagnées de lichens orangés ( Xanthoria parietina). Les plantes à fleurs les plus courantes sont la criste marine, le statice occidental et la carotte à gomme 1 . Ensuite, en remontant la falaise, la végétation se densifie et forme des pelouses aérohalines (soumises à l'action des embruns) composées d'arméries (photo ci-contre) et de silènes maritimes.

Sur les corniches recouvertes de sable, se développent des plantes naines et discrètes (petits trèfles). Le piétinement modéré des pelouses est essentiel pour la dynamique de ces écosystèmes car il permet l'installation des plantes annuelles qui colonisent les vides créés au niveau du tapis végétal 1 . Enfin, les landes littorales surplombent les falaises et correspondent à une végétation basse et dense. Les ajoncs et la bruyère sont caractéristiques de ces milieux.

En ce qui concerne l'avifaune, le fulmar boréal et la mouette tridactyle s'observent uniquement sur les falaises de la Hague et du Bessin. De plus, ces milieux offrent des conditions favorables aux reptiles. Ainsi, le lézard vert est présent sur les falaises littorales de la baie du Mont-Saint-Michel jusqu'au nord de Granville 1 .

.

Enfin, les falaises de Jobourg (nord-ouest Cotentin) accueillent un troupeau de chèvres férales (d'origine domestique mais vivant à l'état sauvage ) de la race «communes de l'Ouest». Ce troupeau d'une vingtaine de chèvres supporte les conditions climatiques d'une côte très exposée et se nourrit des végétaux ligneux caractéristiques de ces écosystèmes (ronces, ajoncs, genêts). Il s'agit d'un élevage de chèvres abandonné dans les années 70 et qui est redevenu sauvage. Dans les années 90, on s'est rendu compte que ces chèvres jouaient un rôle écologique dans la préservation des falaises : elles participent à l'équilibre de la végétation en entretenant naturellement la lande et en prévenant ainsi les risques d'incendie 2 . En 1995, une convention pour la gestion du troupeau est passée entre la commune de Jobourg, le Groupe Mammalogique Normand (GMN), le SYndicat Mixte des Espaces Littoraux (SYMEL) et le conservatoire du littoral. Son objectif est d'éviter la disparition du troupeau.

Sources :
1 GUERIN A., 2003, La Normandie : la géologie, les milieux, la faune, la flore, les hommes, Delachaux et Niestlé, 360p.
2 La Hague, Communauté de communes

Pour en savoir plus

Vous pouvez télécharger les cartes suivantes au format pdf afin d’obtenir une impression de bonne qualité.

Les falaises littorales
Les falaises littorales / Ifremer , 2008 - Document Pdf , 1 Mo
Eau Seine Normandie / Conseil général du Calvados / Conseil général de la Manche / Région Basse-Normandie
Les falaises littorales Zoom page

Les falaises littorales

 

fermer

Lire la suitelire