ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Basse-Normandie

Accueil > Votre région > Basse-Normandie > Qualité de l'environnement > Contaminants chimiques > Nickel (Ni) >

Contaminants chimiques

Nickel (Ni)

Le réseau de suivi Mercure (Hg) Cadmium (Cd) Plomb (Pb) Cuivre (Cu) Zinc (Zn) Chrome (Cr) Nickel (Ni) Argent (Ag) Vanadium (V) Eléments radioactifs Pesticides Les composés organostanniques Détergents PCB HAP Dioxines

Le nickel est un élément métallique très répandu dans la croûte terrestre. Le principal secteur d'utilisation du nickel correspond aux aciers inoxydables (62%) 1 . Il entre également dans la composition de nombreux alliages en raison de ses caractéristiques de dureté et de résistance à la corrosion (12%). Les autres formes d'utilisation sont les traitements de surfaces (10%), les batteries Nickel-Cadmium et les catalyseurs Nickel-Aluminium 2 .

Le transport du nickel vers le milieu marin s'effectue via les fleuves sous forme particulaire et via l'atmosphère, conséquence de l'utilisation des combustibles fossiles et la production de métaux non ferreux 2 .

La toxicité du nickel pour les organismes marins est considérée comme faible. Des effets sur la reproduction des bivalves ont été observés à des concentrations très élevées (> 300 µg/l) qui ne se rencontrent jamais dans l'environnement 1 .
Chez l'homme, le nickel et ses composés organiques associés sont considérés comme étant assez peu toxiques. Ils peuvent cependant entraîner des troubles cutanés chez les personnes qui les manipulent régulièrement. En revanche, certains composés organiques sont extrêmement toxiques (nickel tétracarbonyle) et possèdent un fort potentiel allergène et mutagène. Le nickel tétracarbonyle est employé dans la fabrication de poudre de nickel de haute pureté et comme catalyseur en synthèse organique. Son inhalation peut provoquer des maux de tête, vomissements, insomnies voire même des tachycardies 6 . Il est cependant difficile de séparer l'action du nickel et celle d'éléments associés comme l'arsenic et le chrome 3 . Il n'existe pas de valeur seuil fixée par l'Union Européenne portant sur la contamination des coquillages.

Le nickel est suivi en routine seulement depuis 2003 ; il est donc nécessaire de poursuivre ce suivi avant de connaître les tendances bas normandes. Cependant, les médianes observées sur les points de suivi, calculées sur la période 2004-2006, montrent que la plupart de celles-ci sont proches de la médiane nationale (1,4 mg/kg p.s.) à l'exception des points proches de l'estuaire de la Seine (" Cap de la Hève" et " Villerville") ainsi que le point " Port-en-Bessin". Le secteur de " Vaucottes" présente une médiane 2 fois supérieure à la médiane nationale 4 . L'étude réalisée en 2003 et en 2004 au niveau de Goury (cf.fiche Chrome) montre que les concentrations en nickel en 2004 sont inférieures à celles enregistrées en 2003.

En 1994, une étude révèle une concentration moyenne dans les MES (Matières en Suspension) de 35 mg Ni/kg dans l'estuaire de la Seine 5 . Par contre, en ce qui concerne la concentration en nickel dissous dans l'eau, elle est supérieure à 2 µg/l 1 .

Sources :
1 CHIFFOLEAU J.C. (coord), 2001, La contamination métallique, IFREMER, Région Haute Normandie, (Programme scientifique Seine- Aval), 8, 39p.
2 CAPLAT C., 2001, Caractérisation géochimique de sédiments fins du littoral du Calvados (Baie de Seine) – Comparaison de matériaux portuaires contaminés à des matériaux non contaminés de la baie des Veys, Université de Caen, Th.Univ. Sciences de la Terre et de l'Univers, 182p.
3 RODIER J., 1996, L'analyse de l'eau – eaux naturelles, eaux résiduaires, eau de mer, 8 ème édition, Paris, Dunod, 1394p.
4 Qualité du milieu marin littoral - Bulletin de la surveillance, Edition 2008, IFREMER, RST / LERN / 08-04, Laboratoire Environnement et Ressources de Normandie, 105 p.
5 CHIFFOLEAU J.F., MICHEL P., COSSA D., AUGER D., AVERTY B., CHARTIER E., SANJUAN J. & TRUQUET I., 1996, Distribution des contaminants métalliques dans l'estuaire de la Seine en période de crue (février 1995), Rapport final par laboratoire, Programme Scientifique Seine-Aval, Thème Chimie des contaminants, 38-54.
6 PICHARD A. (coord.), 2005, Nickel et ses dérivés, INERIS - Fiche de données toxicologiques et environnementales des substances chimiques, 64 pp.
7 LAMPERT L., 2005, Suivi de la contamination métallique et organique de lots de moules (Mytilus edulis) implantés au port de Goury (Manche) - Année 2004, IFREMER, Direction de l'Environnement et de l'Aménagement Littoral - Laboratoire Environnement Ressources de Normandie, 38p.

Pour en savoir plus

Vous pouvez télécharger les cartes suivantes au format pdf afin d’obtenir une impression de bonne qualité.

Le nickel dans les moules (médiane sur la période 2004 à 2006)
Le nickel dans les moules (médiane sur la période 2004 à 2006) / Ifremer, 2008 - Document Pdf, 1 Mo
Eau Seine Normandie / Conseil général du Calvados / Conseil général de la Manche / Région Basse-Normandie
Le nickel dans les moules (médiane sur la période 2004 à 2006) Zoom page

Le nickel dans les moules (médiane sur la période 2004 à 2006)

 

fermer

Lire la suitelire