ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Basse-Normandie

Accueil > Votre région > Basse-Normandie > Qualité de l'environnement > Introduction >

Introduction

La qualité de l'environnement

La surveillance du milieu littoral s'appuie sur différents réseaux dont certains sont coordonnés par l'Ifremer :

Les Iles Chausey Zoom fenetre Les Iles Chausey - source : Ifremer / LERN

Le REMI est un réseau de contrôle microbiologique des zones de productions conchylicoles permettant leur classement.

Le ROCCH (Réseau d’Observation de la Contamination Chimique), ancien réseau RNO (Réseau National d'Observation), a pour objectif d'évaluer des niveaux et des tendances en contaminants chimiques et des paramètres généraux de la qualité du milieu, ainsi que de surveiller les effets biologiques de ces contaminants. Créé en 1974, il est coordonné par l'Ifremer pour le compte du Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable (MEDD).

Le REPHY (Réseau phytoplanctonique) a pour objectif d’observer l’ensemble des espèces phytoplanctoniques des eaux côtières ainsi que de surveiller plus particulièrement les espèces produisant des toxines dangereuses pour les consommateurs de coquillages.

Le Réseau Hydrologique Littoral Normand (RHLN) a été mis en place en 2000 afin d’évaluer et suivre les niveaux d’eutrophisation des masses d’eaux normandes et ainsi de répondre aux exigences de la Directive Cadre sur l'Eau (DCE).

Le Réseau Mollusques des Rendements Aquacoles (REMORA) s’intéresse plus particulièrement à la physiologie des huîtres creuses. Il permet d’évaluer les tendances géographiques et pluri-annuelles sur la survie, la croissance et la qualité de ces coquillages. Ce réseau est maintenant intégré au projet Observatoire Conchylicole (site internet), qui a pour objectifs l'évaluation de la survie, la croissance et la qualité de l'huître creuse Crassostrea gigas en élevage.

Le réseau REPAMO (REseau de PAthologie des MOllusques) assure la surveillance de l'état de santé des peuplements de mollusques sur les gisements naturels ou dans les zones de production conchylicole en application des directives européennes 91/67 et 95/70 qui visent à limiter les transferts d'agents infectieux entre différents secteurs de production. Ce réseau est étoffé en Normandie par la mise en place du REMONOR, REseau MOllusques NORmand, mené en collaboration avec le SMEL.

Enfin, le Réseau Benthique (REBENT), amorcé en 2004, devrait permettre d'évaluer l'état de référence des écosystèmes benthiques côtiers et d'assurer une veille pour détecter d'éventuels modifications ou évolutions des peuplements benthiques.

L’Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN) et la DDASS ont également mis en place un réseau de surveillance des contaminations chimiques et microbiologiques en Normandie. Les résultats sont disponibles auprès de l’AESN. Par ailleurs, la Délégation Littoral & Mer de l'AESN, à Honfleur, a développé l’outil "Qualité du Littoral" afin de présenter, pour des zones homogènes prédéterminées, des paramètres de qualité. L'intérêt de ce portail unique est de pouvoir confronter des données "milieu" (eaux marines, sédiments, coquillages) et des données de "pression" (rejets et cours d’eau). Ces données sont issues des principaux réseaux de mesures pérennes : baignades, havres du Cotentin, RNO, REMI, REPHY, DDASS-AESN, REPOM, RNB, mais également du suivi des rejets côtiers par les CQEL
Les données présentées ne subissent aucun traitement et restent donc de la responsabilité de leur producteur : DDASS, IFREMER, DIREN, DDE, AESN. Cette banque de données est disponible sur simple demande auprès de l’Agence de l’Eau Seine Normandie. Une mise à jour annuelle (1 er semestre de l’année civile) est prévue.

Outre les réseaux pérennes précités, différents programmes scientifiques d'envergure contribuent à acquérir des données et connaissances sur les milieux littoraux, programmes parmi lesquels on peut citer :

Le programme Seine-Aval

Goutte

Allant du barrage de Poses (à 160 km de la Manche) jusqu’à la partie orientale de la baie de Seine, l’estuaire de la Seine constitue l’exutoire d’un bassin versant où vit un tiers de la population française et où 40 % de l’activité nationale est présente. Afin de gérer ce milieu perturbé et de retrouver des conditions acceptables, le programme scientifique Seine-Aval 1 a été mis en place en 1995. Il a été initié pour faciliter la compréhension de ces milieux et aider à la prise de décisions publiques. Aujourd’hui, le programme Seine-Aval constitue l’un des outils principaux des acteurs et décideurs du "plan de gestion globale" impulsé en estuaire de Seine.
Actuellement, le Programme Seine-Aval développe sa troisième phase (2004 à 2006) ; celle-ci laisse une grande place à la poursuite de l’acquisition des connaissances scientifiques de base. Celle-ci est axée autour de disciplines déjà ciblées lors des précédentes phases (sédimentologie, eutrophisation, microbiologie,…) et autour de nouvelles (sociologie, économie,...). Mais cette troisième phase du programme cible aussi la production d’informations nécessaires au développement d’outils opérationnels, d’outils de communication ou de réflexion (indicateurs de suivi, bathymétrie,…).

Le Programme National sur l’Environnement Côtier (PNEC) « Baie du Mont Saint Michel »

Logo PNEC

Le PNEC « Baie du Mont Saint Michel » 2, co-dirigé par l’Ifremer et le Museum National d’Histoire Naturelle, a pour objectif d’établir un ou des modèles de description du fonctionnement de la partie maritime de la baie du Mont Saint Michel.

Deux thèmes y sont développés :

  • la capacité trophique de la baie ;
  • le degré d’isolement des populations et l’impact des perturbations anthropiques de l’écosystème.

De plus, un volet "sciences humaines" y est rattaché afin de mieux appréhender les équilibres économiques et les enjeux patrimoniaux et sociaux à prendre en compte.

Le Programme MOREST - "MORtalités ESTivales d'huîtres"

Logo MOREST

MOREST 3 est un programme national de l'Ifremer dont l'objectif est d'étudier les facteurs responsables des phénomènes de mortalités qui touchent certaines années les zones conchylicoles, notamment pendant l'été. Le Laboratoire Environnement Ressources de Normandie (LERN) à Port-en-Bessin est donc en charge de la gestion et de la coordination de l'ensemble des actions de terrain qui concernent le site atelier de la zone ostréicole qui s'étend de Géfosse à Grandcamp le long du flanc est de la baie des Veys.

Enfin, afin de renforcer la cohérence entre les réseaux de suivi existants et les programmes d'études, le Schéma Directeur des Données sur l'Eau (SDDE) a été initié en 2004. Il a pour obejctif de rénover le système d'information sur l'eau, de préciser les principes d'organisation, les modalités de fonctionnement, la responsabilité des différents acteurs et d'identifier les actions à mener pour améliorer l'acquisition, le partage et la mise à disposition de l'information sur l'eau. Ce travail est réalisé conjointement par les services de l'Etat et les établissements publics concernés.

Sources :
1 Programme Seine-Aval - Programme de recherche finalisée sur l'estuaire de la Seine
2 CHANTIER PNEC « Baie du Mont Saint Michel »
3 MOREST

Pour en savoir plus

Pour plus d'informations sur le réseau mis en place par l'AESN et la DDASS et pour accéder à la banque de données, vous pouvez contacter :

L'Agence de l'Eau de Seine-Normandie
Délégation littoral & Mer
21 rue de l'Homme de Bois
BP 50081
14003 Honfleur Cedex
bruchon.franck@aesn.fr

Eau Seine Normandie / Conseil général du Calvados / Conseil général de la Manche / Région Basse-Normandie

 

fermer

Lire la suitelire