ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Basse-Normandie

Accueil > Votre région > Basse-Normandie > Qualité de l'environnement > Phytoplancton et phycotoxines > Toxicité ASP dans les coquillages >

Phytoplancton et phycotoxines

Toxicité ASP dans les coquillages

Le réseau de suivi Toxicité lipophile (incluant les DSP) dans les coquillages Toxicité ASP dans les coquillages Pseudo-nitzschia Dinophysis

Coquilles Saint-Jacques Zoom fenetre Coquilles Saint-Jacques - source : Jean David PETIOT / Ifremer

La première crise toxique connue due à l'ASP ( Amnesic Shellfish Poisoning) s'est déroulée en 1987 au Canada, sur l'île du Prince Edouard. La consommation de moules contaminées entraîna alors le décès de quatre personnes. Ensuite, ce sont les coquillages provenant d'Ecosse et d'Espagne (1999) qui furent touchés par cette phycotoxine produite par différentes espèces de Pseudo-nitzschia.

En France, depuis 1999, la surveillance de cette phycotoxine a été mise en place dans le cadre du REPHY pour les coquillages d'élevage et de gisements naturels sur estran. Avant 2004, la présence de toxines n'avait été détectée qu'à deux reprises : en Bretagne ouest en 2000 et en Méditerranée en 2002.

En Basse-Normandie, à partir de janvier 2003, l'Ifremer a été chargé par la DPMA (Direction des Pêches Maritimes et de l'Aquaculture) et la DGAL (Direction Générale de l'Alimentation) du suivi des phycotoxines dans les coquilles St Jacques en baie de Seine. En routine, des tests de toxicités DSP ( Diarrheic Shellfish Poisoning), PSP ( Paralytic Shellfish Poisoning) et ASP sont réalisés sur des échantillons provenant de ce gisement tous les 15 jours durant la période d'ouverture de la pêche (de septembre/octobre à mars/avril).

Evènement ASP en 2004

La fin de l'année 2004 a été marquée par un épisode toxique ASP qui a touché l'ensemble des gisements de coquilles St Jacques de l'intérieur et de l'extérieur de la baie de Seine. Dès octobre, dans le cadre du suivi assuré par le laboratoire, la présence de toxine a été mise en évidence sur le point "Extérieur gisement baie de Seine" (zone 5 cf. carte). A cette période, les niveaux de contamination rencontrés dans les coquilles St Jacques analysées étaient 2 fois inférieurs au seuil sanitaire (20 µg d'acide domoïque par gramme de chair), mais ces teneurs ont augmenté durant tout le mois d'octobre. Le 2 novembre 2004, une concentration de 21 µg/g a été mesurée dans des coquilles St Jacques provenant du gisement "extérieur à la baie de Seine" (point A). Le franchissement de ce seuil sanitaire a entraîné la prise d'un arrêté conjoint des 3 préfets concernés (Calvados, Manche et Seine Maritime) d'interdiction de la pêche des coquilles St Jacques sur l'ensemble des eaux françaises comprises entre les méridiens d'Etretat et de la Hague.

Coquilles Saint-Jacques Zoom fenetre Coquilles Saint-Jacques - source : Ifremer / Labo Ressources Halieutiques

Cette fermeture a généré l'arrêt immédiat de l'activité pour 250 navires (1000 hommes embarqués) qui, en moyenne, capturent entre 3 000 et 12/13 000 tonnes de coquilles sur cette zone chaque année. Les suivis réalisés ont permis très rapidement de procéder à la réouverture du secteur non touché (tout le nord Cotentin, jusqu'au méridien de Gatteville), et de quadriller la baie de Seine en 6 zones de gestion, qui, peu à peu ont réouvert, dès que 2 résultats d'analyse favorables y étaient obtenus. Fin décembre 2004, une seule zone restait fermée (zone 5 Nord de la carte) où le pic de contamination a atteint 50 µg/g fin novembre 2005 sur le point A, la pêche professionnelle ayant été réouverte sur l'ensemble des autres secteurs. En avril 2005, la contamination des coquilles St Jacques de la zone 5 nord (point A) était toujours supérieure au seuil de sécurité sanitaire de 20 µg/g. En effet, les cinétiques de décontamination sont extrêmement lentes (cf. graphe ci-dessous). C'est seulement à partir du 2 juin 2005 que les concentrations sont passées en dessous de 20 µg/g sur ce point A.

Evolution de la teneur en acide domoique Zoom fenetre Evolution de la teneur en acide domoïque (µg/g) dans les coquilles St Jacques de l'extérieur baie de Seine (point A de la zone 5) entre novembre 2004 et septembre 2005

La rade de Brest et la baie de Camaret (Finistère) ont connu le même phénomène de toxicité ASP en 2004/2005. En rade de Brest, les concentrations en acide domoïque étaient comprises entre 25 et 45 µg/g ; ces résultats ont entraîné un arrêté d'interdiction de pêche concernant les coquilles Saint Jacques de la rade et cet épisode toxique ne s'est achevé que fin 2005.

Les observations du phytoplancton dans les échantillons d'eau prélevés après octobre sur zone en baie de Seine et en rade de Brest montrent une absence ou de très faibles concentrations de Pseudo-nitzschia. Il est vraisemblable qu'un bloom de Pseudo-nitzschia ait eu lieu en début d'automne en baie de Seine, contaminant les coquilles Saint-Jacques avant l'ouverture de la pêche, la surveillance ne débutant qu'à partir de cette période.

Il apparaît nécessaire d'apporter une réponse à ces épisodes toxiques et donc de développer un programme global de recherche permettant d'aider et d'orienter les gestionnaires de l'espace littoral pendant les crises, mais aussi en matière de gestion de l'espace maritime et des flottilles qui y oeuvrent.
En tout état de cause, il faut, a minima, poursuivre les suivis sanitaires et en cas de nouvelles contaminations ASP, identifier la ou les espèces de Pseudonitzschia en cause. Les suivis menés dans le cadre du REPHY intègrent dorénavant ces recherches complémentaires.

Sources :
Résultats de la surveillance de la qualité du milieu marin littoral - Départements : Seine-Maritime, Eure, Calvados et Manche, 2005, IFREMER, Direction de l'Environnement et de l'Aménagement Littoral - Laboratoire Environnement et Ressources de Normandie, 80p.
Résultats de la surveillance de la qualité du milieu marin littoral - Départements : Finistère, 2005, IFREMER, Direction de l'Environnement et de l'Aménagement Littoral - Laboratoire Environnement et Ressources de Concarneau, 90p.
Les nouvelles de l'Ifremer, n°65, Janvier 2005, IFREMER

Eau Seine Normandie / Conseil général du Calvados / Conseil général de la Manche / Région Basse-Normandie
Toxicité ASP dans les coquillages de 2002 à 2009 Zoom page

Toxicité ASP dans les coquillages de 2002 à 2009

Points REPHY coquilles Saint Jacques en baie de Seine en 2004 Zoom page

Les points de prélèvement REPHY pour les coquilles Saint Jacques en baie de Seine en 2004

Toxicité ASP dans les coquillages en 2004 Zoom page

Toxicité ASP dans les coquillages en 2004

 

fermer

Lire la suitelire