ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Basse-Normandie

Accueil > Votre région > Basse-Normandie > Qualité de l'environnement > Phytoplancton et phycotoxines > Toxicité lipophile (incluant les DSP) dans les coquillages >

Phytoplancton et phycotoxines

Toxicité lipophile (incluant les DSP) dans les coquillages

Le réseau de suivi Toxicité lipophile (incluant les DSP) dans les coquillages Toxicité ASP dans les coquillages Pseudo-nitzschia Dinophysis

Glande digestive de coquillage Zoom fenetre Glande digestive de coquillage - source: Ifremer

Le test de recherche des toxines DSP (Diarrheic Shellfish Poisoning) sur les coquillages est réalisé à partir d'un extrait de glandes digestives de coquillages (photo ci-contre) sauf en ce qui concerne les pectinidés pour lesquels un broyat de la chair totale de 10 individus est à utiliser.

Le dépistage de la toxine est effectué par injection sur souris. Le test est considéré comme positif s'il y a mort d'au moins deux souris sur trois sur une période de 24h.

Durees des episodes toxiques DSP en Normandie depuis 1992 Zoom fenetre Durées des épisodes toxiques DSP en Normandie depuis 1992 - source : Ifremer

 

En Normandie, depuis que les suivis REPHY existent, des épisodes toxiques ont été enregistrés sur la zone comprise entre St Valéry-en-Caux (Seine-Maritime) et Barfleur dans le département de la Manche. Cependant, l'essentiel des épisodes toxiques a été observé entre Yport (Seine-Maritime) et St Aubin dans le Calvados (cf. graphe ci-contre). Ils apparaissent principalement pendant le mois d'août mais ils s'étalent de juillet à octobre pour le secteur d'Antifer.

La zone d'Antifer présente les développements de Dinophysis les plus importants. De ce fait, des arrêtés préfectoraux d'interdiction de la pêche, du ramassage et de la vente des coquillages y sont pris pratiquement chaque année. La durée moyenne de ces "fermetures de zone" est de l'ordre de 2 mois et demi, le plus souvent d'août à fin octobre/début novembre 1.

Au contraire, les secteurs de la Baie des Veys, et des côtes est, nord et ouest Cotentin n'ont jamais, à ce jour, présenté d'épisode de toxicité des coquiilages. Des cellules de Dinophysis ont été dénombrées dans ces secteurs mais en très faible quantité (de l'ordre de 100 cellules par litre) : les tests de toxicité effectués sur les coquillages des ces secteurs ont toujours été négatifs 1.

Les années 2003 et 2005 ont présenté des développements exceptionnels de Dinophysis par rapport au schéma habituel précité.

L'année 2003 a été marquée par un développement exceptionnel du Dinophysis dans la partie orientale de la baie de Seine :

  • un premier arrêté préfectoral d'interdiction de la pêche, du transport et de la commercialisation des coquillages sur le secteur Cap de la Hève/Antifer a été pris dès le 10 juillet 2003, et n'a été abrogé que le 21 novembre. L'épisode toxique a donc généré une fermeture de plus de 4 mois de cette zone, soit près du double de ce que nous observions généralement par le passé (cf. graphe ci-dessus) ;
  • un deuxième arrêté préfectoral de fermeture a été pris le long des côtes du Calvados (de l'estuaire de Seine jusqu'à la pointe de Tracy sur Mer dans l'ouest d'Arromanches) le 20 août. Cet arrêté n'a été abrogé que le 20 octobre, les secteurs étant réouverts progressivement d'ouest en est. C'est la première fois que les zones de pêche de Meuvaines/Asnelles connaissaient une fermeture pour toxicité DSP.

Les causes de ce développement exceptionnel ne sont pas aujourd'hui clairement identifiées, mais il semble néanmoins que la canicule, et plus précisément l'étiage estival des fleuves se jetant en baie de Seine puisse en être à l'origine.

En utilisant le modèle développé par Cugier 2, en en y appliquant les conditions hydro/météorologiques de l'année 2003, et notamment les débits de l'Orne et de la Seine, nous arrivons également à retrouver le développement tout à fait particulier des dinoflagellés cette année là, avec 2 zones de concentrations, l'une au large d'Antifer, et l'autre sur le secteur central des côtes du Calvados, autour de Meuvaines/Asnelles, alors que les secteurs plus à l'est, entre Ouistreham et Cabourg connaissaient des développements moindres (cf. image ci-dessous).

Simulation du developpement de flagelles Zoom fenetre Simulation du développement de flagellés en baie de Seine au moyen du modèle hydrobiologique Elise lors du mois d’août 2003, et mise en évidence de 2 cellules de développement, l’une au large d’Antifer, et l’autre sur le secteur Asnelles/Meuvaines - source : Ifremer

Enfin, il faut souligner le développement exceptionnel de Dinophysis à la fois à la côte, mais aussi au large de la baie de Seine, lors de l'automne 2005 qui a généré une toxicité DSP dans les coquilles Saint-Jacques depuis le littoral jusqu'à 35 milles au large, perturbant le déroulement de la campagne de pêche et obligeant à la prise de mesures de gestion sanitaire par les trois Préfets concernés. Les teneurs maximales enregistrées ont atteint 20000 µg/g d'équivalent acide okadaïque dans les hépato-pancréas des coquilles les plus contaminées. Il faut noter que la toxicité DSP était concentrée à 99% dans l'hépato-pancréas, qui n'est pas consommé, alors que le muscle de la coquille (qui lui est consommé) était totalement exempt de contamination.

Ces développements exceptionnels de 2003 et 2005 suggèrent l'hypothèse d'une recrudescence des effloresences toxiques à Dinophysis en Manche est. Bien qu'il soit encore trop tôt pour conclure que ce phénomène représente une marque de l'évolution de l'écosystème Manche, ceci oblige à maintenir des niveaux de suivi élevés dans le cadre du REPHY dans un souci de protection sanitaire des consommateurs de coquillages, et d'aide à la gestion des pêcheries.

 

Sources : 
1   Résultats de la surveillance de la qualité du milieu marin littoral - Départements : Seine-Maritime, Eure, Calvados et Manche, 2004, IFREMER, Direction de l'Environnement et de l'Aménagement Littoral - Laboratoire Environnement et Ressources de Normandie, 80p.
2  CUGIER P., BILLEN G., GUILLAUD J.F., GARNIER J., MENESGUEN A., 2005. Modelling the eutrophication of Seine Bight (France) under historical, present and future riverine nutrients loading. Journal of hydrology, 304 (2005). P 381-396
 

Pour en savoir plus

Vous pouvez télécharger les cartes suivantes au format pdf afin d’obtenir une impression de bonne qualité.

Toxicités lipophiles (incluant les DSP) dans les coquillages de 2002 à 2009
Toxicités lipophiles (incluant les DSP) dans les coquillages de 2002 à 2009 / Ifremer, 2010 - Document Pdf, 1 Mo

 

Toxicité DSP dans les coquillages en 2004
Toxicité DSP dans les coquillages en 2004 / Ifremer, 2005 - Document Pdf, 1 Mo

 

 

Eau Seine Normandie / Conseil général du Calvados / Conseil général de la Manche / Région Basse-Normandie
Toxicités lipophiles (incluant les DSP) dans les coquillages de 2002 à 2009 Zoom page

Toxicités lipophiles (incluant les DSP) dans les coquillages de 2002 à 2009

Toxicité DSP dans les coquillages en 2004 Zoom page

Toxicité DSP dans les coquillages en 2004

 

fermer

Lire la suitelire