ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Saint-Guénolé Penmarc'h
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Bretagne

Accueil > Votre région > Bretagne > Activités > Les pays >

Les pays

Les "pays" du Finistère
Imported Image

Phare de l'Ile Vierge Zoom fenetre Phare de l'Ile Vierge (29) - photographie Alain Le Magueresse / Ifremer

Née de la révolution de 1789, la création des communes (288 en Finistère) correspond sensiblement à la transposition des paroisses préexistantes (266). A ce jour, les structures communales ont résisté aux vélléités de fusion (encore 283 communes dans le Finistère à ce jour).

Pour dépasser la simple intercommunalité de services (Syndicat intercommunal à vocation unique, Syndicat à Vocation Multiple), prévue pour la création et la gestion des services publics (eau, électricité,...), les pouvoirs publics, après les lois de décentralisation de 1982 et 1983, se sont engagés sur la voie d'une intercommunalité de projets, avec pour objectifs prioritaires, non seulement le développement et l'aménagement du territoire, mais également la protection de l'environnement, enjeux qui transcendent les réalités communales. C'est ainsi que la loi de 1992 crée les communautés de communes, celle de 1999 les communautés d'agglomération (carte 1). Cette carte met en évidence une intercommunalité quasi-intégrale sur le département où seules subsisteront en tant que communes isolées, les îles d'Ouessant et de Sein (rattachement prochain de Locronan à Quimper Communauté).

La création des pays, initiée par la loi d'orientation du 4 février 1995 relative à l'aménagement et au développement du territoire et confortée par celle du 29 juin 1999, ne correspond nullement à une notion contemporaine. En effet, dès l'époque gallo-romaine, la cité des Osismes comprenait plusieurs entités administratives dénommées « pagus ». Le pays a traversé les siècles pour émerger à nouveau dans les années 1970, au sein du Comité d'Etudes et de Liaison des Intérêts Bretons (CELIB) dont le slogan « Vivre, Travailler et Décider au pays » était jugé comme utopiste à l'époque.

Cette notion de pays trouve sa justification, le plus souvent, dans l'héritage culturel, voire le milieu physique qui contribuent au sentiment d'appartenance à une même communauté. En opposition aux espaces conçus (communes, départements), le pays apparaît comme un espace vécu.

La nouvelle organisation en "pays du territoire finistérien (carte 2) souligne d'une part les clivages nord (Le Léon) / sud (La Cornouaille) du département et d'autre part les relations trans-départementales avec le regroupement, au sein du pays du centre ouest Bretagne, des communes du Finistère, du Morbihan et des Côtes d'Armor.

Organisation par communautés (Finistère) Zoom page

Organisation par communautés (Finistère)

Organisation par Zoom page

Organisation par "Pays" (Finistère)

 

fermer

Lire la suitelire