ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Cabourg
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Haute-Normandie

Accueil > Votre région > Haute-Normandie > Milieu > Courantologie >

Courantologie

LES COURANTS GÉNÉRAUX de la MANCHE sont décrits en 1-2.

LES COURANTS DE MARÉE sont maxima aux environs de CHERBOURG. Ils peuvent atteindre 3 à 4 nœuds, décroissent vers l'est, et ne sont plus que de 1,5 nœud à DIEPPE, bien que l'amplitude ait augmenté de plus de 50 % (8,4 m en vive-eau moyenne à DIEPPE et 5,4 m à CHERBOURG).

  • EN PAYS DE CAUX , les courants de marée sont pratiquement alternatifs et parallèles à la côte au moment de leur intensité maximum (entre 1,6 et 1,8 nœud); le vent a une importance considérable sur les courants; comme au large, la vitesse du flot est supérieure à celle du jusant, sauf aux environs du TRÉPORT où les courants ont encore un caractère légèrement tournant et où les vitesses en flot et jusant sont égales (ct St. n° 78).
  • EN BAIE DE SEINE , les mouvements résiduels, déterminants pour le devenir des masses d'eau, en particulier de la SEINE, sont très mal connus; on serait en présence d'un mouvement divergent vers le large en surface et convergent vers l'embouchure au fond rappelant le régime estuarien.

Le régime des courants de marée à proximité de l'embouchure de la SEINE, nettement influencé par le remplissage et la vidange de la SEINE, est très complexe; la raison doit en être recherchée dans les différences des heures d'étale de courant en SEINE et au large. A HONFLEUR, le courant de flot dépasse 3 nœuds.
 

Le long des côtes de BASSE NORMANDIE et jusqu'aux îles SAINT-MARCOUF, le courant de marée est pratiquement alternatif, mais le jusant devient prédominant vers l'ouest. Les vitesses en vive-eau sont comprises entre 1 et 1,8 nœud (cf St. n° 205).
 

  • DANS LE COTENTIN , entre SAINT-VAAST et BARFLEUR, le flot est en général plus court et un peut moins fort que le jusant (près de 4 nœuds); les indentations de la côte expliquent que les courants soient partout plus ou moins giratoires.

Sur la côte nord, règnent les plus forts courants de marée de toute la MANCHE. ils sont: violents notamment entre la pointe de BARFLEUR et le cap LEVI (5 nœuds - St. n° 212) et, surtout, de la pointe de JARDEHEU au nez de JOBOURG, dans le raz BLANCHARD et dans son voisinage où ils atteignent 1O à 12 nœuds (voir carte 3-2).

DU NEZ DE JOBOURG A LA POINTE DU GROUIN . C'est dans le raz BLANCHARD que se rencontrent les courants les plus forts de la MANCHE (12 nœuds) (cf. St. n° 290).

  • Vers le sud, au cap FLAMANVILLE les courants atteignent 3 nœuds mais décroissent vers le large (2,7 nœuds à 7 milles de la côte) en devenant giratoire, alors que près de la côte, ils sont en général alternatifs et parallèles à celle-ci.
  • À GRANVILLE, les vitesses maxima sont de l'ordre de 2 nœuds (cf. St. N° 323).
  • Dans la baie du mont SAINT-MICHEL, le courant tourne en sens inverse des aiguilles d'une montre; des valeurs maxima de 3 nœuds ont été signalées.
Courantologie Zoom page

Courantologie

 

fermer

Lire la suitelire