ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Gravelines
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Nord - Pas-de-Calais & Picardie

Accueil > Votre région > Nord - Pas-de-Calais & Picardie > Milieu > Hydrologie >

Hydrologie

La région étudiée se caractérise par un transit intense et incessant des eaux (cf 1-2), de ce fait, bien que l'influence tellurique globale soit sensible à proximité immédiate de la côte, il s'avère difficile d'attribuer une origine précise aux fluctuations très rapides des paramètres hydrologiques que l'on constate habituellement dans ces zones.

Dans la partie centrale de la MER DU NORD-(DOGGER) les températures de surface varient annuellement de 4°C (minimum de janvier) à 18°C (maximum d'août). La salinité moyenne de 35,10 ‰ dans cette zone s'abaisse vers le sud jusqu'à 34,50 ‰ à proximité des bancs de FLANDRES, mais plus rapidement vers l'est ( PAYS BAS et BELGIQUE) où elle est partout inférieure à 34 ‰ (PODAMO l973).

Les eaux côtières comprises entre les bancs et le rivage dans des fonds de -5 m à -20 m se caractérisent par une plus faible inertie que les eaux du large qui les rend plus sensibles aux variations des conditions climatiques (température de l'air, vent, précipitations et apports d'eau douce); outre cet asservissement climatique normal, les salinités locales sont soumises à des fluctuations anormales particulièrement rapides dues au passage "en transit" de lentilles d'eaux estuariennes étrangères à la zone, avant que leur dilution parfaite ne se réalise (YSER, ESCAUT, SOMME).

  • EN FLANDRES , I'amplitude de variation des paramètres température et salinité augmente en se rapprochant du rivage. Les températures se répartissent en bandes régulières parallèles à la côte avec une faible différence surface-fond (0,1 °C), Le gradient côte-large des salinités est plus net que celui des températures, mais la différence entre la surface et le fond reste de l'ordre de 0,06 ‰ à 0,09 ‰. La salinité moyenne pour la période 1975- 1977 a été de 34,1 ‰ devant DUNKERQUE (BOUGARD et al. 1978).
  • EN BOULONNAIS , en raison de la faible largeur du PAS-DE-CALAIS, les lignes de courant se ressèrent et l'eau présente des caractéristiques du large à faible distance de la côte.
  • EN MARQUENTERRE , les eaux des rivières prennent une importance croissante en allant vers le sud :
     
    • en été, une masse d'eau réchauffée d'environ 1°C par rapport aux eaux des fonds de -15 m s'étend le long du rivage de part et d'autre de l'estuaire de la CANCHE; la salinité peut alors descendre à: 30 ‰ ( DESAUNAY 1973) sur les fonds de -10 m devant l'estuaire, bien que habituellement ce soit la position de l'isohaline 34 ‰ ;
    • les eaux de la bande -10 m à -15 m ont une salinité de 34,4 ‰ pour 35 ‰ à BASSURELLE ;
    • en hiver, sur les fonds de -10 m, de 34,1 ‰ au cap GRIS-NEZ, la salinité s'abaisse à 33 ‰ au nord de la CANCHE et à 32,4 ‰ au sud de la SOMME (ISTPM). Des valeurs comparables peuvent d'ailleurs être observées en été.
Hydrologie Zoom page

Hydrologie

 

fermer

Lire la suitelire