ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de l'Imperlay – Saint-Brevin-les-Pins
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Pays de la Loire

Accueil > Votre région > Pays de la Loire > Études spécifiques > Etude des secteurs du Croisic et de Pen-Bé >

Etude des secteurs du Croisic et de Pen-Bé

Estimation des apports continentaux et évaluation des stocks conchylicoles.

Photographie Yoann Le Merrer

Coordination : Hélène Jeanneret
Auteurs : Maud Gendronneau, Joël Haure, Hélène Jeanneret, Yoann Le Merrer, Camille Lequette, Cédric Lomakine, Jean Louis Martin, Mathias Papin, Catherine Ponthoreau, Marc Robin.

Cette étude apporte des éléments permettant de mieux gérer les risques dans les zones conchylicoles, grâce à une meilleure connaissance de l'amont. Son originalité réside dans la construction d'outils dont le couplage permet de mettre en place une démarche intégrée du bassin versant jusqu'à la zone côtière. L'objectif est en effet de préserver la qualité de l'eau, qui est le point commun entre les différentes activités qui cohabitent sur les bassins versants et la zone littorale. Les points essentiels qui se dégagent de ce travail sont les suivants.

  • L'assemblage de très nombreuses données dans un Système d'Information Géographique a débouché sur l'évaluation des risques de pollution à l'échelle du bassin versant et de la parcelle. Ce SIG a été couplé avec le modèle agro-pédologique SWAT®. La restitution cartographique des informations met en évidence les bassins versants qui présentent le plus de risques de contamination par les produits phytosanitaires d'origine urbaine (Le Croisic) ou agricole (sous bassin versant de Belou), les nitrates (cours d'eau du Mès), et les bactéries (Le Croisic, la Croix de l'Anse-Le Requer, La Baule, sud de La Turballe). Des investigations restent à mener sur les apports bactériologiques d'origine agricole, en particulier sur le bassin versant du Mès.
  • Le recensement des activités existantes sur les bassins versants a conduit à mettre en œuvre un protocole de suivi destiné à évaluer les flux véhiculés par les étiers jusqu'aux traicts. Lorsque c'était possible, les points de suivi retenus ont contribué à valider les résultats issus du couplage SIG/modèle SWAT®. Grâce à ce suivi, les caractéristiques physico-chimiques des étiers sont mieux connues, notamment en termes de débits, pour lesquels les données étaient quasiment inexistantes jusqu'alors. Les résultats obtenus pendant l'étude révèlent en particulier que les concentrations en nutriments restent à des niveaux très faibles, en général de l'ordre de 5 mg/L pour les nitrates.
  • L'élaboration de deux modèles hydrodynamiques a grandement contribué à affiner les connaissances dans les secteurs étudiés. La dispersion des polluants est reproduite de façon satisfaisante par MARS 2D, et leur devenir a été étudié pour différentes conditions hydrologiques et météorologiques.
  • L'évaluation des stocks en élevage a été réalisée pour la première fois dans les deux secteurs. A Pen-Bé, les stocks d'huîtres et de moules représentent respectivement 1 700 tonnes et 240 tonnes. Ces chiffres pourront servir de point de comparaison avec les évaluations qui seront réalisées ultérieurement. Les différentes études réalisées par la station Ifremer de Bouin sur l'élevage de la coque dans les traicts du Croisic ont montré la variabilité du stock en élevage au cours de l'année (2 200 à 3 500 tonnes).
 Concentrations maximales en diuron Concentrations maximales en diuron simulées par le logiciel MARS - 2D

Simulation de courants Zoom page

Simulation de courant

 

fermer

Lire la suitelire