ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Surveillance > Centrales nucléaires > Bilan >

Bilan

Résultats principaux

Impacts immédiats

Les impacts immédiats, essentiellement liés au transit dans les circuits, affectent particulièrement le phytoplancton, le zooplancton, et les juvéniles de poissons.

Les effets directs par courant de transit, parfois associés à un effet de chloration utilisée pour éliminer les salissures, ont été les premiers décelés. Dans le phytoplancton, une baisse de production primaire, correspondant à un déficit en biomasse chlorophyllienne, de 30 à 50 % a été observé à Gravelines.

Pour le zooplancton, une mortalité immédiate importante d'organismes mous, très fragiles, tels que l'espèce cible Oikopleura dioica à Gravelines a été observée. Le déficit en chlorophylle dans le panache échauffé étant également un facteur défavorable à cet herbivore, l'étude d'un éventuel effet différé du panache de rejet sur cette espèce se poursuit.

Pour l'halieutique, une mortalité d’œufs et larves de poissons a été constatée lors du transit, environ 30% d’œufs de Solea solea, ainsi que la capture par entraînement de poissons à Gravelines tels que le hareng Clupea harangus, et autres organismes planctoniques.

Impacts à long terme

Les impacts à long terme peuvent être la conséquence d'un échauffement local de faible amplitude du milieu. Si l'observation d'effet de transit a prédominé, l'effet par échauffement du milieu récepteur est important à étudier, car il agit sur un paramètre fondamental dans les évènements climatiques à grande échelle. Le choix du type de circulation des eaux de refroidissement joue un rôle majeur dans la dispersion des eaux échauffées. Ils concernent par exemple la bactériologie, le zooplancton, le benthos.

L'optimum thermique des vibrions halophiles est élevé par rapport à la température naturelle de l'eau de mer : l'échauffement du rejet favorise leur prolifération, car les conditions optimales sont atteintes dans le rejet de la Centrale. En effet les températures moyennes de l'eau, à Gravelines en été, sont proches de 20 °C à l'entrée, et de 30 °C au rejet.

Dans l'estuaire de Gironde, une chute des effectifs du Copépode Eurytemora hirundoides a été observée en septembre-octobre 1991 au point impacté. Un lien a été établi avec son préférendum thermo-halin. Les effets conjugués du rejet échauffé de la Centrale du Blayais et de conditions climatologiques naturelles exceptionnelles en 1991 (températures, pluies, débits, marées) en sont la cause.

Des perturbations ont été constatées sur les peuplements algaux à Paluel, et sur le petit crustacé benthique Idotea granulosa qui s'y abritent. Actuellement, un renforcement des études sur les fucus devrait permettre d'expliquer le phénomène, et pourrait éventuellement permettre de déterminer les raisons d'une modification de la fertilité dans le peuplement à Fucus serratus à Flamanville.

Les impacts à long terme peuvent aussi être la conséquences d'une modification courantologique avec ses répercussions sur la sédimentologie. Ils concernent par exemple le benthos et la morphologie sédimentaire.

Dans le benthos subtidal à Gravelines, le lessivage des fonds, provoqué par la circulation des eaux du rejet, a conduit à proximité de celui-ci à un appauvrissement du peuplement à Abra alba, où prédominent maintenant les espèces sabulicoles à régime alimentaire suspensivore.

Dans le benthos intertidal à Gravelines, les effets conjugués de l'échauffement résiduel et de l'hydrodynamisme ont provoqué une modification topographique et sédimentologique de l'estran, accompagnée d'une redistribution de la répartition des espèces Pigospio elegans, annélide thermophile, et Spio martinensis, autre annélide.

Les retombées scientifiques

Les retombées scientifiques du programme mis en place, par l'amélioration de la connaissance de l'environnement marin et estuarien et de la bande côtière, ont contribué à la réflexion d'ordre générale sur la notion d'impact à long terme, qui soulève en particulier le problème de la définition de l'état de référence servant de comparaison. En effet, on peut rencontrer :

  • Soit un état moyen stable avec fluctuations autour de la moyenne. Les observations sont-elles alors contenues dans les fluctuations ?
  • Soit une tendance évolutive continue. Comment détecter et quantifier cette évolution naturelle ?

Cela souligne tout l’intérêt que présente le suivi des séries chronologiques longues.

  • La comparaison de plusieurs séries temporelles a permis de montrer des structures spatiales fortes entre la Mer du Nord et la Manche Ouest
  • L'évolution saisonnière de nombreux paramètres hydrologiques et biologiques d'un site peut permettre d'affiner la connaissance des cycles naturels, et de détecter éventuellement des évolutions climatiques et morphosédimentaires

Dans le cadre des études de surveillance du site de Gravelines, l'importance des années exceptionnelles pour les pontes de Sole et l'existence d'un cycle de 7 ans sur ces espèces ichtyoplanctoniques Solea solea et Sprattus sprattus ont été mises en évidence. Ce cycle existe aussi pour diverses espèces planctoniques Temora longicornis, Oikopleura dioica, Sagitta setosa. Un cycle de 11 ans apparaît pour Pseudocalanus minutus ainsi que des cycles de 7 ans pour des espèces benthiques.

Les phénomènes observés peuvent être dus à des effets climatiques naturels exceptionnels dans lesquels la météorologie peut jouer un rôle. A Flamanville, la rigueur de l'hiver a un effet favorable sur le recrutement d'une espèce boréale, le Cirripède intertidal Balanus balanoides, et les éclosions précoces de l'araignée de mer Maja squinado semblent liées à des températures printanières plus élévées que la moyenne.

Centrale nucleaire du Blayais Zoom fenetre Centrale nucléaire du Blayais

 Une augmentation progressive des températures minimales de l'eau de la Gironde s'observe sur le site du Blayais (Gironde, France) depuis le début des études en 1978. Mesurées au fond pour s'affranchir des fluctuations diurnes, elles sont corrélées à un accroissement progressif de la température de l'air. D'autres phénomènes lents sont observés, tel que l'évolution bathymétrique des fonds de l'estuaire. Tous ces phénomènes ont un effet sur la dispersion des eaux échauffées et le comportement de la flore et la faune locales, plus particulièrement lorsqu'une action anthropique vient se surajouter. Les effets peuvent être immédiats : cas de la chute de l'effectif d' Eurytemora en 1991.

Bilan et perspectives

Les résultats scientifiques de ces études vérifient globalement les estimations prévisionnelles d'impact établies dans les différentes études d'impact produites lors des procédures administratives. Ils confirment que le fonctionnement des centrales n'entraîne actuellement pas d'altération quantitative notable du milieu marin pour les paramètres étudiés. De même ces résultats confortent les critères d'environnement retenus pour le choix des sites et l'intérêt pour des conceptions de circuits de refroidissement assurant une rapide dilution de l'effluent. A ce titre les différences entre Gravelines, où le rejet se fait à la côte en surface, et les autres sites bénéficiant d'un rejet au large en profondeur, apparaissent clairement en faveur de cette dernière disposition.

Du point de vue de la détection, voire de la quantification d'un impact modéré, ces études ont mis en évidence la difficulté à distinguer ce qui relève des fluctuations spatio temporelles du milieu, de ce qui est imputable aux rejets d'une centrale et cela justifie a postériori les principes qui avaient guidés EDF et Ifremer lors de l'élaboration de ces programmes. C'est à dire :

  • l'importance de réaliser des séries chronologiques longues et de suivre, parallèlement aux stations impactées, une station de référence reflétant les variations naturelles du milieu
  • l'intérêt du bon choix initial des paramètres indicateurs, afin d'éviter les bouleversements notables du programme au cours de sa réalisation, et de bénéficier ainsi de séries chronologiques longues pour chaque paramètre retenu

Une organisation et des moyens ont été mis en place pour répondre à la demande. La démarche du programme Impact des Grands Aménagements (IGA) répond à des objectifs opérationnels et de recherche. Ces objectifs sont la surveillance écologique et halieutique du milieu marin et estuarien, l'impact des installations et des rejets en construction et en fonctionnement, qui ne peuvent pas exister sans les compléter de la contribution à la connaissance objective de l'écosystème à court terme et à long terme.

Les enseignements tirés des études de surveillance permettent de quantifier le niveau des modifications, qui sont dues à « l'effet centrale » dans un milieu lui même fluctuant. Les résultats observés restent globalement en accord avec les prévisions effectués lors de la construction des centrales.

Pour aller plus loin, il faudrait pouvoir comprendre les phénomènes observés, et quand les phénomènes anthropogéniques se surajoutent aux phénomènes naturels, pouvoir mieux gérer les situations critiques pour l'écosystème. Par la recherche de synergie avec d'autres programmes, différentes périodicités ont été perçues dans les fluctuations naturelles du milieu marin. Elles sont à intégrer dans notre approche globale de la surveillance pour améliorer nos connaissances du milieu naturel lié aux sites, et des mécanismes qui le régulent. Elles nécessitent de disposer de séries chronologiques longues dont l'échelle de temps doit être adaptée aux différents paramètres étudiés.

 

fermer

Lire la suitelire