ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Surveillance > Centrales nucléaires > Mise en oeuvre >

Mise en oeuvre

Les études de surveillance

Contenu des études

Lors de l'élaboration des programmes des études de surveillance, stratégies spatiale et temporelle ont été utilisées conjointement. L'une privilégie l'impact immédiat en considérant des comparaisons de type prise-rejet, elle intéresse une surface limitée aux abords immédiats des ouvrages ; l'autre cherche à détecter des évolutions à moyen ou long terme du milieu marin par rapport à une situation de référence et recouvre une surface plus vaste à l'échelle locale. A titre d'exemple pour le pélagos, une comparaison prise-rejet correspond à un impact immédiat de transit qui peut s'exprimer en terme de mortalité ; une comparaison avant-après mise en service correspond à un impact différé qui peut se traduire par exemple par une évolution de l'équilibre entre espèces au sein d'une population. Deux grandes idées ont guidé la réflexion. Elles relèvent de façon plus ou moins explicite d'un principe de prudence, voire de précaution:

  • Éviter que le choix trop restrictif de l'une des options, décidé à partir de considération a priori, élimine la possibilité de pouvoir détecter un événement non prévu
  • Constituer des séries à long terme pour tenir compte des rythmes pluri annuels du milieu ce qui impose un choix initial pertinent des paramètres indicateurs

 

Choix de stratégie d'échantillonnage

Centrale nucleaire de Gravelines Zoom fenetre Centrale nucléaire de Gravelines

La solution retenue a donc été le résultat d'un compromis entre les deux options. Par exemple :

  • Dans le cas du pélagos, cela s'est traduit par la définition d'un réseau de stations comprenant les stations prise, rejet, un point de contrôle dans la tache thermique, et un point hors impact, dit de référence. Le point de contrôle permet d'apprécier la tendance à un retour vers la normale par comparaison avec le point hors impact. Le point hors impact permet de détecter les fluctuations ou évolution du milieu "naturel"
  • Dans le cas du benthos, la problématique étant voisine, la stratégie d'échantillonnage a été également le résultat d'un compromis entre le suivi des grandes zones biosédimentaires définies lors des études de projet et de l'étude quantitative détaillée de peuplements très localisés mais jugés sensibles

La méthode d'analyse statistique

Approche par constat d'impact

Sur la base des études de suivi temporel et de comparaison spatiale engagées dès le début des études, une première approche statistique a été réalisée pendant l'étude de l'état de référence du site de Gravelines. Elle a montré la possibilité de détecter statistiquement un écart entre un état de référence stable (avant mise en service) et un état impacté (après), en fonction du nombre d'années et de la valeur de la biomasse chlorophyllienne moyenne : 15 ans avant et 15 ans après pour déceler un écart de 40 % dans le cas d'une biomasse chlorophyllienne à 8 mg/m 3, en période de bloom phytoplanctonique à Gravelines. Mais cette approche se heurte en pratique au problème du nombre très élevé d'échantillons nécessaires pour discriminer de façon significative de faible écarts entre les états (avant-après). L'étude statistique spatiale entre le milieu impacté et le milieu naturel apparaît plus réaliste. Cette approche par constat d'impact sur le milieu permet de calculer ou de constater un impact. Elle ne permet pas d'en saisir l'importance pour le milieu. L'effort d'échantillonnage a été recentré à des périodes clés de l'année, tel qu'un bloom phytoplanctonique, un maximum zooplanctonique ou un maximun thermique annuel.

Approche dynamique par analyse

L'approche statique précédente se complète par une analyse écologique des effets observés, en particulier à partir des données recueillies en un point représentatif hors zone impactée. Ces données fournissent des informations sur l'état naturel des populations comme la richesse trophique, la productivité phytoplanctonique, l'abondance des stades larvaires réputés plus fragiles, l'âge des individus pour les oeufs de poissons, etc.

Vers une vision globale et locale

Deux familles de paramètres sont échantillonnées. La première famille permet de voir globalement l'état des lieux dans les domaines de l'écologie et de l'halieutique. Elle concerne des paramètres indicateurs tels que les caractéristiques des masses d'eau (température, salinité), les marqueurs de l'impact (température, haloformes), les sources nutritionnelles (sels nutritifs pour le phytoplancton, chlorophylle pour le zooplancton, zooplancton pour les poissons), les espèces et peuplements cibles (pélagiques ou benthiques), les espèces exploitées (benthos, halieutique). La seconde famille comprend des paramètres indicateurs spécifiques de chaque site, sélectionnés pour leur sensibilité ou leur importance locale. Elle intéresse diverses thématiques tels que l'hydrologie (matière en suspension à Penly, bouchon vaseux au Blayais), la microbiologie (identification des Vibrions à Gravelines), la planctonologie (peuplements estuariens au Blayais), le benthos (Fucales à Paluel, Cirripèdes à Flamanville), la pêche expérimentale (homard et araignée à Flamanville), la biomorphosédimentologie (sonar latéral à Penly).

 

fermer

Lire la suitelire