ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Surveillance > Contaminants chimiques > Mise en oeuvre >

Mise en oeuvre

Surveillance DCE des contaminants chimiques

Laboratoire

La Directive cadre sur l’eau (DCE), dans sont état actuel, donne une place prépondérante à la mesure directe des contaminants chimiques dans l'eau et la circulaire ministérielle d'application ne laisse qu'une place secondaire aux autres matrices, dites intégratrices, que sont le biote et le sédiment. Les prélèvements d'eau requièrent une grande technicité du fait des concentrations extrêmement faibles qu'on y rencontre et donc le risque permanent de contaminer les échantillons par les engins de prélèvements ou le flaconnage. Après formation assurée par l'Ifremer, les préleveurs sont les agents des laboratoires côtiers de l'Ifremer et des Cellules Qualité des Eaux Littorales (CQEL) du MEEDDM. Les analyses sont réalisées sur appel d'offre des maîtres d'ouvrage.Le plan d'échantillonnage indiqué par le Ministère est d'un prélèvement par mois pendant un an sur un plan de gestion DCE de six ans. Les substances mesurées sont celles de la DCE.

Surveillance chimique dans la matière vivante

Compte tenu des difficultés de collecte d'échantillons valides pour des analyses de traces dans l'eau et de la faible représentativité spatiale et temporelle de ceux-ci, le RNO et la Convention OSPAR avaient basé la surveillance du milieu marin sur les matrices intégratrices (biote et sédiment). Les organismes marins, moules et huîtres, sont ici utilisés comme indicateurs quantitatifs de la contamination chimique car ils sont représentatifs de l'état chronique de contamination du milieu marin dans lequel ils vivent. En effet, ils possèdent la propriété d'accumuler les contaminants présents dans ce milieu jusqu'à atteindre un équilibre avec lui. Ce phénomène de bioaccumulation est à l'origine d'un facteur de concentration entre milieu et organisme pouvant atteindre plusieurs ordres de grandeur. Les dosages dans les organismes sont facilités par les concentrations plus élevées que l'on y rencontre. De plus, les risques de contaminations des échantillons lors de leur manipulation sont moindres et le coût des mesures abaissé. Il convient toutefois de préciser que seuls les métaux et les contaminants organiques hydrophobes (ex. HAP, PCBs, insecticides organochlorés) sont concernés par cette stratégie de surveillance. Les contaminants organiques hydrophiles (nombreux pesticides) ne peuvent être suivis par ce type de surveillance.

De 1979 à 2002, les niveaux de présence des contaminants ont été mesurés quatre fois par an dans les moules ou les huîtres du littoral français. Cette fréquence a permis d'intégrer les variations saisonnières dues principalement au métabolisme des organismes (cf. édition 1991 du bulletin RNO, p. 29). A partir de 2003, les connaissances acquises sur ces variations pendant plus de vingt ans ont permis de réduire les fréquences à une fois par an pour les contaminants organiques et deux fois par an pour les métaux.

Jusqu'en 2007, ce volet "biote" du RNO a constitué le principal outil de connaissance systématique des niveaux de contamination du littoral français et la réponse française à la Convention OSPAR. Environ 90 points de prélèvements (dont 9 dans les DOM) ont été échantillonnés par les agents Ifremer. Les paramètres mesurés, et pour lesquels on dispose de longues séries temporelles, sont présentés ci-dessous :

Contaminants mesurés dans la matière vivante

Métaux :

argent (Ag), mercure (Hg), cadmium (Cd), chrome (Cr), plomb (Pb), zinc (Zn), cuivre (Cu), vanadium (V), nickel (Ni).

Organochlorés :

DDT, DDD, DDE,
gammaHCH (lindane), alphaHCH,
polychlorobiphényles (Congénères 28, 52, 101, 105, 118, 138, 153, 156, 180).

Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) :

Naphtalène, mono, di, tri et tétra méthyles naphtalènes, acénaphtylène, acénaphtène, fluorène, mono et di méthyles fluorènes, phénantrène, anthracène, mono, di et tri méthyles phénanthrènes/anthracènes, fluoranthène, pyrène, mono et di méthyles pyrènes/fluoranthènes, benzo[a]anthracène, triphénylène, chrysène, mono et di méthyles chrysène, benzofluoranthènes, mono méthyle benzofluoranthènes, benzo[e]pyrène, benzo[a]pyrène, pérylène, dibenzo[a,h]anthracène, benzo[g,h,i]pérylène, indéno[1,2,3-cd]pyrène. Hétérocycles soufrés : dibenzothiophène, mono, di et tri méthyles dibenzothiophène, benzonaphtothiophènes, monométhyle benzonaphtothiophènes

Tous les échantillons de mollusques du RNO ont été conservés sous forme stabilisée depuis 1981, constituant ainsi une banque d'échantillons marins (la mytilothèque), probablement unique au monde.

À partir de 2008, dans le cadre du ROCCH, le nombre de points a diminué d'environ un tiers et la liste des contaminants recherchés à été étendue à celle de la DCE. Comme pour l'eau, les analyses sont désormais réalisée sur appels d'offre des maîtres d'ouvrage. Les résultats présentés dans la partie "bilan" sont encore ceux du RNO. La directive fille de la DCE imposant d'établir des tendances temporelles, la surveillance dans le biote pourrait à terme retrouver l'importance qu'elle avait auparavant.

Le ROCCH inclut également le projet méditerranéen RINBIO qui consiste en un suivi des contaminants dans des moules implantées (cagging).

Surveillance dans le sédiment

Surveillance dans les sédiments Zoom fenetre Surveillance dans les sédiments : remontée du carottier Reineck

Pour une évaluation à plus long terme, les contaminants peuvent aussi être mesurés dans les sédiments. En fonction des vitesses de sédimentation, des remises en suspension, de la bioturbation, etc., le premier centimètre superficiel des sédiments peut intégrer plusieurs années de contamination. Dans ces conditions, il n’est pas nécessaire de revenir tous les ans sur un même lieu. Jusqu'en 2006, une campagne annuelle portant sur des façades différentes chaque année était réalisée dans un cycle permettant de couvrir l'ensemble du littoral en dix ans. A partir de 2007, dans le cadre du ROCCH, la fréquence du suivi est passée à une fois tous les six ans, correspondant à un plan de gestion de la DCE. Les contaminants recherchés sont les mêmes que dans la matière vivante, accompagnés des paramètres descriptifs et normalisateurs propres à cette matrice, tels que granulométrie, carbone organique, carbonates, aluminium, fer, lithium, manganèse. Jusqu'en 2006, sur quelques points sélectionnés, des carottes profondes ont été prélevées et découpées en de nombreuses couches (horizons). L'analyse des contaminants dans chacun de ces horizons et leur datation permet de retracer l'historique de la contamination sur plusieurs dizaines d'années.

Surveillance des effets biologiques

Cette surveillance peut se faire à différents niveaux d'organisation biologique (cellule, individu, population, communauté, écosystème). Des recommandations de techniques appliquées à la surveillance d'effets biologiques sont formulées au niveau international. La Convention OSPAR a rendu obligatoire depuis 2003 le suivi des effets du TBT (tributylétain, entrant dans la composition des peintures antisalissures des navires et désormais interdit d'usage). Ces effets sont évalués par la mesure de l'imposex, indicateur de la masculinisation de femelles de gastéropodes du genre Nucella Lapillus.

 

Assurance de qualité

Les analyses chimiques pratiquées actuellement dans le cadre du ROCCH, sont réalisées par des laboratoires accrédités et agréés.

Par le passé, l'organisation d'intercomparaisons spécifiques, l'assistance aux laboratoires et le suivi des développements méthodologiques ont été un thème permanent du RNO, de même que la participation aux exercices de calibration et l'inclusion de matériel de référence certifié (CRM) dans les séries analytiques. Ifremer et plusieurs laboratoires partenaires sont impliqués dans le programme européen quasimeme ( Quality Assurance for Information from Marine Environmental Monitoring in Europe). Entre 1974 et 2007 le RNO a fortement contribué à l'émergence d'une communauté d'analystes du milieu marin en France.

Dans ce cadre, Ifremer a publié une série de fascicules décrivant les méthodes d'analyses en milieu marin (physico-chimie, contaminants chimiques) utilisées dans la cadre du RNO.

Référence

ISSN 1637-1844

MA0201

Dosage de certains métaux traces (Cd, Co, Cu, Fe, Ni, Pb, Zn) dissous dans l'eau de mer par absorption atomique après extraction liquide-liquide. (10 euros)

MA0202

Dosage du mercure total et du monométhylmercure dans les organismes et les sédiments marins. (10 euros)

MA0203

Analyse des composés organostanniques dans l'eau de mer. (10 euros)

MA0301

Dosage de certains métaux traces (Ag, Cd, Cu, Cr, Ni, Pb, V, Zn) dans les organismes marins par absorption atomique. (10 euros)

MA0302

Dosage de certains métaux dans les sédiments et la matière en suspension par absorption atomique. (10 euros)

MA0303

Spéciation du mercure dissous dans les eaux marines.(10 euros)

MA0401

Hydrologie des écosystèmes marins : paramètres et analyses. (30 euros)

MA0402

Mesure de l'activité enzymatique éthoxyrésorufine-O-dééthylase (EROD) chez les poissons marins. (10 euros)

MA0403

Les marqueurs biologiques des effets de polluants : l'acétylcholinestérase. (10 euros)

MA0501

Analyse de contaminants organiques (PCB, OCP, HAP) dans les organismes marins. (10 euros)

MA0502

Analyse de contaminants organiques (PCB, OCP, HAP) dans les sédiments marins. (10 euros)

MA0503

Bio-indicateur de la toxicité potentielle de milieux aqueux : bio-essai "développement embryo-larvaire de bivalve". (10 euros)

MA0504

Analyse de contaminants (herbicides, PCB, OCP, HAP) dans les eaux estuariennes et marines côtières. (10 euros)

02020

Dosage automatique des nutriments dans les eaux marines : Méthodes en flux continu (20 euros)

Ces fascicules sont disponibles auprès de :

Éditions Quae
c/o Inra RD 1078026 Versailles Cedex
Tél. 01 30 83 34 06
Fax 01 30 83 34 49

mél : serviceclients@quae.fr
web : www.quae.com

Les contaminants chimiques dans les huîtres et les moules du littoral français Zoom page

Les contaminants chimiques dans les huîtres et les moules du littoral français

 

fermer

Lire la suitelire