ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Surveillance > Directive Cadre sur l'Eau (DCE) > État écologique >

État écologique

Les activités anthropiques qui s’exercent sur les bassins versants, le littoral et en mer engendrent des pressions sur la faune et la flore côtières et peuvent amener à la dégradation des écosystèmes littoraux. L’évaluation de l’état écologique des masses d’eau selon la DCE est basée sur un suivi régulier de la faune et de la flore aquatiques et la mise en place d’indicateurs de qualité. 

Éléments de qualité suivis

Les éléments de qualité permettant de définir l’état écologique d’une masse d’eau sont constitués aussi bien :

  • d’éléments biologiques,
  • de paramètres physico-chimiques,
  • et de paramètres hydromorphologiques (profondeur, marnage, courant,…). 

La liste des éléments de qualité à suivre est définie dans l’arrêté du 25 janvier 2010.

 

Eaux côtières

Eaux de transition

État écologique déterminé par

Éléments de qualité biologiques

Phytoplancton

Phytoplancton (dans certaines masses d’eau seulement)

Flore autre que phytoplancton (macroalgues intertidales, subtidales, blooms opportunistes, angiospermes)

Flore autre que phytoplancton (macroalgues intertidales, blooms opportunistes, angiospermes, macrophytes)

Invertébrés benthiques de substrat meuble

Invertébrés benthiques de substrat meuble

Benthos de substrat durs (coraux)

 

 

Poissons

Éléments de qualité physico-chimiques soutenant la biologie

Température

Température (dans certaines masses d'eau seulement)

Turbidité

Turbidité (dans les lagunes méditerranéennes)

Oxygène dissous

Oxygène dissous

Nutriments

Nutriments

Hydromorphologie

Hydromorphologie

Hydromorphologie

Évaluation de l’état écologique de la masse d’eau

Évaluation de la qualité de la masse d’eau pour un élément de qualité : indicateurs et grilles d’évaluation 

La surveillance génère des données qui permettent de calculer un indicateur pour chaque élément de qualité. L’indicateur obtenu est ensuite transformé en un Ratio de Qualité Ecologique (RQE), qui est le rapport entre la valeur calculée et la valeur de référence . Le RQE, compris entre 0 et 1, est comparé à une grille définissant les différents états de qualité afin d’établir le classement des masses d’eau. L’arrêté du 25 janvier 2010 relatif aux méthodes et critères d’évaluation, dans ses annexes, précisent les grilles de qualité pour les différents éléments de qualité.

Les modalités de représentation de la classification des états écologique et chimique utilisent une grille de couleurs. Chacun d’entre eux peut prendre 5 valeurs : très bon, bon, moyen, médiocre et mauvais (sauf hydromorphologie qui comporte 2 classes : très bon et bon). 

5 classes pour les indicateurs physico-chimiques et biologiques

TRÈS BON

BON

MOYEN

MÉDIOCRE

MAUVAIS

2 classes pour les indicateurs hydromorphosédimentaires

TRÈS BON

BON

 

 

 

nombre de données insuffisant

INCONNU

 

 

 

 

Évaluation de l’état écologique de la masse d’eau : agrégation des éléments de qualité 

Le schéma suivant indique la méthode d’agrégation des éléments de qualité biologique, physicochimique et hydromorphologique dans la classification de l'état écologique précisée par l’arrêté du 25 janvier 2010 relatif aux méthodes et critères d’évaluation. 

Rôles des éléments de qualité biologiques, physico-chimiques et hydrologiques dans la classification de l'état écologique Zoom fenetre Agrégation des éléments de qualité dans la classification de l’état écologique

Pour information

L'état des lieux officiel est élaboré par les agences de l'eau et office de l'eau pour tous les types de masses d'eau (cours d'eau, plans d'eau, eaux souterraines, eaux côtières et de transition).

Les éléments de qualité écologique : fiches détaillées.

Appréciation de l’évaluation 

La DCE impose par ailleurs d’attribuer un niveau de confiance à l’état écologique d’une masse d’eau. On distingue trois niveaux de confiance : 3 (élevé), 2 (moyen), 1 (faible). Les modalités d’attribution du niveau de confiance sont précisées dans l’annexe 11 de ce même arrêté du 25 janvier 2010.

Qui fait quoi ?

En métropole

La surveillance écologique s’effectue sous la responsabilité de l’Ifremer, à l’exception des éléments de qualité suivants : poissons (Irstea) et hydromorphologie (BRGM).

Dans les DOM

La surveillance écologique s’effectue sous la responsabilité des Offices de l’Eau locaux depuis 2013 en remplacement des DEAL, sauf exception pour Mayotte où en l’absence d’office de l’eau, la responsabilité a été confiée au Parc Naturel Marin.

 

fermer

Lire la suitelire