ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Pointe de Barfleur
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Surveillance > Microbiologie sanitaire > Bilan >

Bilan

Qualité des zones de production de coquillages

Moules en bouchots à Port-en-Bessin Moules en bouchots à Port-en-Bessin

L’estimation de la qualité microbiologique des zones est déterminée sur la base des résultats de surveillance régulière obtenus sur la zone pour chacun des groupes de coquillages suivis. L’interprétation est faite par rapport aux différents seuils réglementaires. Un minimum de 24 données sur les 3 dernières années calendaires est nécessaire pour estimer la qualité d’une zone ou 12 données si la zone est considérée comme stable (échantillonnage à fréquence bimestrielle).

Au cours de l’année 2015, la surveillance régulière REMI s’est appuyée sur 385 points de prélèvement qui ont permis d’assurer la surveillance de 356 zones classées.

Carte des points de prélèvements REMI Zoom fenetre Carte des points de prélèvements REMI

Évolution de la qualité microbiologique des zones

L’évolution de la qualité des zones est déterminée au niveau national pour chaque groupe de coquillages, en prenant en compte l’historique des données disponibles. La qualité est déterminée sur les données acquises sur les 3 dernières années calendaires et par année glissante. Seules sont considérées les zones disposant d’un nombre de données suffisant sur chaque période de 3 années calendaires considérées.

Parmi les 356 zones classées, la qualité a pu être estimée pour 308 d’entre elle avec :

  • 13 zones de qualité A (pour le groupe 3 uniquement),
  • 262 zones de qualité B (72 pour le groupe 2 et 190 pour le groupe 3),
  • 24 zones de qualité C (15 pour le groupe 2 et 9 pour le groupe 3),
  • 9 zones de très mauvaise qualité (7 pour le groupe 2 et 2 pour le groupe 3).

La qualité des zones concerne en majorité les zones classées pour les bivalves non fouisseurs (groupe 3) puis les zones classées pour les bivalves fouisseurs (groupe 2).

Groupe des bivalves fouisseurs :

Groupe des bivalves fouisseurs - Période 2013 à 2016 Zoom fenetre Groupe des bivalves fouisseurs sur la période 2013 à 2016

Sur la période de 2013 à 2016 le nombre de zone estimée de qualité A est très faible (1 seule zone en 2015). En 2015, les zones de qualité B représentent la majeure partie de zones classées avec 63% des zones et celles de qualité C environ 23 %. Enfin les zones dites de très mauvaise qualité représentent 14 % des zones classées.

Groupe des bivalves non fouisseurs :

Groupe des bivalves non fouisseurs - Période 2013 à 2016 Zoom fenetre Groupe des bivalves non fouisseurs sur la période 2013 à 2016

Sur la période 2013-2016, les bivalves non-fouisseurs sont en grande majorité retrouvés dans les zones classées B. Par exemple en 2015, les zones de qualité B représentent 92 % des zones classées, tandis que les zones de qualité A et C représentent respectivement 3 % et 5 % des zones classées. Enfin les zones dites de très mauvaise qualité représentent moins de 1 % des zones classées avec une seule zone concernée pour 2015.

Tendances

L’évaluation des tendances des niveaux de contamination en Escherichia coli est réalisée à l’aide du test non paramétrique saisonnier de Mann-Kendall qui permet de tester l’existence d’une tendance monotone (i.e. continue) sur la période. Seules les séries présentant des données sur l’ensemble de la période de 10 ans sont traitées.

Au total, 288 points disposent d’un historique de 10 ans de données sur la période 2006-2015. Pour 236 lieux de surveillance, le test est non significatif et aucune tendance n’est identifiable. 30 points présentent une tendance à l’augmentation des niveaux de contamination et 22 présentent une tendance à la diminution.

Carte d'évaluation des tendances des niveaux de contamination Zoom fenetre Carte d'évaluation des tendances des niveaux de contamination

Bilan des alertes

Répartition des alertes REMI pour l'année 2015 Zoom fenetre Répartition des alertes REMI pour l'année 2015
Parc à huîtres Zoom fenetre Parc à huîtres

En 2015, 171 alertes REMI ont été déclenchées dont :

  • 79 alertes préventives (niveau 0) soit 46 % des alertes déclenchées en 2015
  • 75 alertes pour contamination détectée (niveau 1)
  • 17 alertes pour contamination persistante (niveau 2).

L’année 2015 est marquée par une forte diminution du nombre d’alertes sur l'ensemble du littoral par rapport à l'année précédente, avec 30% d’alertes en moins.

Les côtes du Languedoc Roussillon occupent la première place en nombre d’alertes déclenchées, avec une forte prépondérance d’alertes préventives.

En cas d’alerte REMI, l’information immédiate adressée aux administrations locales permet la prise de mesures adaptée pour la protection des consommateurs.

Surval - Inventaire cartographique du réseau REMI - France entière Zoom page

Surval - Inventaire cartographique du réseau REMI

Évaluation de la qualité microbiologique des coquillages sur les points suivis du littoral Zoom page

Évaluation de la qualité microbiologique des coquillages sur les points suivis du littoral

 

fermer

Lire la suitelire