ifremer Ifremer environnement
© Stéphane Lesbats, Ifremer
Pointe Saint-Gildas
Français
Pollutions accidentelles / Erika

Erika > FR > Appels à projets > Programme d'études "Suivi Erika" (réseau scientifique de suivi des conséquences écologiques et écotoxicologiques de la marée noire due au naufrage de l'Erika) >

Programme d'études "Suivi Erika" (réseau scientifique de suivi des conséquences écologiques et écotoxicologiques de la marée noire due au naufrage de l'Erika)

Suite au naufrage du pétrolier ERIKA le 12 décembre 1999, le Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement (MATE) a eu pour mission de mettre en oeuvre un programme de "suivi des conséquences écologiques et écotoxicologiques de la marée noire" et d'en confier la co-animation à l'INERIS et à l'IFREMER.

Pour mettre en oeuvre ce programme, une convention cadre sur 5 ans a été signée entre le MATE, l'IFREMER et l'INERIS, et plusieurs instances de gouvernance du programme ont été mises en place :

un Comité de pilotage (pouvoirs publics, collectivités territoriales, associations), présidé par le directeur de l'eau du MATE, chargé de rendre un avis sur les orientations et la stratégie d'exécution du programme d'études ;

un Secrétariat permanent présidé par le chef du service de la recherche et de la prospective du MATE, qui s'assure de la mise en oeuvre du programme et établit les propositions d'engagement de crédits ;

un Conseil scientifique chargé de valider l'architecture et la qualité scientifiques du programme, les résultats des études réalisées, ainsi que la qualité des projets ;

un Secrétariat scientifique, assuré par l'INERIS et l'IFREMER chargé de faire la coordination entre les différents acteurs de ce programme et le suivi des projets proposés.

Les orientations du programme d'études ont été définies dans un cahier des charges Cahier des charges qui comporte 4 volets techniques et qui est joint au présent appel.

Le volet 1 porte sur l'étendue spatiale et temporelle de la contamination par les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), en particulier les HAP alkylés et soufrés caractéristiques du fioul de l'Erika, et par le nickel et le vanadium, dans les différents milieux : eaux, sédiments, sables, galets, dunes, marais, vasières, organismes vivants.

Le volet 2 concerne l'évolution de la contamination sous l'action de facteurs physiques, chimiques et biologiques (dégradation et biodisponibilité).

Le volet 3 traite des impacts sur les organismes vivants : écosystèmes pélagiques et benthiques des zones intertidales, subtidales et supra - littorales et systèmes aquacoles.

L'objectif du volet 4 est de déterminer à quel moment les milieux auront retrouvé leurs fonctionnalités qu'ils aient fait ou non l'objet de nettoyage (restauration des milieux et des biocénoses).

Les projets de suivi qui vont constituer le programme seront ainsi regroupés autour de ces quatre thèmes.

Au 9 avril 2001, 15 projets sont déjà retenus Projets déjà retenus.

Appel à projets permanent 2001

À partir de l'année 2001 est instauré un appel à projets permanent dont les règles sont les suivantes :

  • respect du cahier des charges,
  • un intérêt particulier sera porté aux projets sur des sujets peu ou pas encore traités lors du précédent exercice, à savoir :

Volets 1 et 2 : 

  • Suivi des sables, des plages, des dunes, de la végétation et des galets ;  
  • Suivi de l'interface eau-sédiments où des nappes de fioul sont encore présentes : nécessité d'un inventaire et d'un suivi de leur évolution (spatiale et chimique) en fonction de l'hydrodynamique côtière au cours du temps ;  
  • Suivi de la biodégradation   in situ   des composés du fioul de l'Erika 

Volets 3 et 4 : 

  • Suivi des communautés animales et végétales dans les sédiments meubles ;  
  • Impact des traitements et atteinte au paysage ; 
  • Impact sur les poissons (reproduction, nourriceries, croissances, ...) 
     
    • Dispositif permanent de réponse, sans date limite de réponse. Les projets reçus seront expertisés et examinés tous les deux mois par le secrétariat permanent
    • Pas de durée fixée aux projets, le dispositif de suivi étant mis en place pour plusieurs années. Un compte rendu annuel par projet est demandé, les financements étant mis en place annuellement. Des bilans à trois ans et à cinq ans sont prévus pour décider de la prolongation, la réorientation ou de l'arrêt des travaux
    • Les projets d'études doivent être formulés selon la fiche type.

Les projets seront étudiés tous les deux mois, fréquence à laquelle se réunit le secrétariat permanent. 

 

fermer

Lire la suitelire