ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2003 > >

Exposition de photos d'Anita Conti, la première femme océanographe

18/02/2003

anita

galerie Vu (2, rue jules Cousin, 75004 Paris ) expose jusqu'au 19 avril une sélection des 40 000 photographies d'Anita Conti, qui consacra sa vie à la mer, que ce soit comme journaliste, marin, écrivain ou océanographe.

Après avoir embarqué sur des navires de pêche, à la morue ou au hareng, où elle découvre le rude métier de pêcheur, Anita Conti publie ses notes dans une série d'articles pour le quotidien La République. Édouard Le Danois, directeur de l'Office Scientifique et Technique des Pêches Maritimes (devenu depuis l'Ifremer), l'invite en 1933 au lancement du nouveau navire de recherche océanographique, Président Théodore Tissier. Elle est engagée, en 1935, comme " personnel auxiliaire complémentaire " au poste "d'attachée à la propagande" dépendant du service administratif de l'Office. Elle est rapidement chargée de campagnes à la mer à bord du Président Théodore Tissier et de divers chalutiers, dans le golfe de Gascogne, à Terre Neuve ou en mer d'Irlande. Édouard Le Danois mise sur sa connaissance des professionnels et du milieu de la pêche pour comprendre et améliorer les techniques de pêche, et participer à l'élaboration des premières cartes scientifiques d'aide à la pêche.

A l'approche de la guerre, les crédits de l'OSTPM ne permettent plus de financer les campagnes halieutiques et Anita Conti va embarquer, d'abord pour la Marine nationale, puis à son propre compte, sur des navires de pêche qui vont l'emmener au large des côtes africaines, en Méditerranée ou à Terre Neuve. En 1953, elle pose définitivement son sac à terre et écrit son premier livre, Racleurs d'océans, qui retrace sa dernière campagne de 1952 sur le morutier Bois Rosé. Il sera suivi de Géant des mers chaudes, et de L'océan, les bêtes et l'homme qui obtint le prix de la mer en 1972. Celle qui restera "la Dame de la mer" a laissé 40 000 photographies, une dizaine de films, des livres et des notes.

Et sous les vieux haubans rongés de lente usure,
Poulies aux yeux crevés sur l'infini perdu,
Témoins momifiés des hommes disparus,
Quel dieu féroce a pétrifié dans vos membrures
Les fantômes railleurs de vos orgueils vaincus.
Extrait de " Cimetière de navires-goélettes " de Anita Conti

Pour en savoir plus


L'actualité Poitou-Charentes n° 40 : Anita Conti, femme-Océan http://www.maison-des-sciences.org/static/actu/040/dixhuit.pdf

 

fermer

Lire la suitelire