ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Actualité > 2003 > >

Royaume-Uni : de l'électricité qui vient de la mer

05/03/2003

" Des turbines sous-marines utilisant l'énergie des marées pour produire de l'électricité pourraient devenir une source importante d'énergie au Royaume-Uni. Opérant sur le même principe que les éoliennes, ces turbines transforment l'énergie cinétique des marées en électricité. Lorsque cette technologie aura atteint sa maturité, l'électricité produite grâce aux marées pourrait couvrir un cinquième des besoins énergétiques britanniques à un prix comparable au moyen de production usuelle. Le principal avantage des marées est qu'elles sont une source inépuisable et contrairement au vent, elles ont l'avantage d'être constantes et prévisibles. Deux équipes britanniques travaillent en ce moment sur des projets pour développer cette technologie. La société Marine Current Turbines Ltd. Basée à Chineman et l'Université de Southampton se sont associées pour développer un prototype finance a la fois par le Department for Trade and Industry (DTI, Ministère de l'Industrie) et l'Union Européenne. La conception de la turbine et l'etude du site sont déjà très avancées et un premier prototype de 300 kilowatts devrait être installe à la fin de l'été a Lynmouth dans le Devon. Le prototype sera composé de deux rotors de 20 mètres de diamètres assemblés sur un pylône fixe au sol. Les turbines seront situées juste sous la surface de l'eau ce qui permet de faciliter la maintenance des installations. L'étude de ce prototype permettra d'obtenir des informations sur les réelles possibilités de cette source d'énergie.

Une autre société Engineering Business Ltd., basée dans le Northumberland, travaille sur un projet similaire : le développement d'une turbine de 180 tonnes qui actionne un générateur pour produire de l'électricité. Ce projet a gagné en janvier 2002 une bourse du gouvernement britannique de 1,7 millions de dollars (1,6 millions d'euros) pour la création et l'étude d'un prototype. Le 13 septembre 2002, ce prototype a été installé sur les côtes du Shetland. Testée durant deux semaines, la turbine a produit une moyenne de 90 kilowatts. Tony Trapp, ingénieur chez Engineering Business Ltd., estime que ces tests ont démontré qu'il est possible de produire de grande quantité d'énergie en utilisant les marées. La prochaine étape est de trouver 15 millions de dollars nécessaires à la construction et l'exploitation d'une unité de 5 MW. Engineering Business Ltd pense pouvoir mettre en place cette nouvelle turbine en 2004 et la connecter au réseau. Cependant, avant d'utiliser cette technologie à des fins commerciales, plusieurs problèmes doivent être résolus. Les prix de production restent encore élevés, plusieurs fois supérieures à ceux des sources classiques et beaucoup de développement reste encore à faire pour réduire ces coûts. Un autre des problèmes mentionnés par le Docteur AbiBafr Bahaj, responsable du projet à l'Université de Southampton est le phénomène de cavitation qui apparaît dans les zones de basse pression à l'arrière des pales. Ce phénomène entraîne l'apparition des bulles d'air qui produisent des vibrations qui peuvent réduire l'efficacité des turbines et endommager les pales. Différents designs ont été testés pour éviter ces phénomènes de cavitation en utilisant les connaissances acquises par le développement de la propulsion marine et des éoliennes. Un autre problème de ces turbines sous-marines est lié à l'environnement marin particulièrement hostile. Cependant, là aussi, les chercheurs peuvent profiter des technologies développées dans l'industrie pétrolière off-shore et la propulsion marine. Des questions concernant les conséquences que pourront avoir les débris flottant ou même de large quantité d'algues sur la production et sur les dégâts des turbines restent encore en suspend.

Cependant, l'optimisme est de rigueur et des projets de générateur de 20 MW sont déjà en cours de développement. Le Docteur Bahjal affirme que, d'ici 10 ans, cette technologie sera prête à être utilisée à des fins commerciales. "

Source : Science, Vol. 299, 17/01/03 ; The Guardian, 10/02/03, p.8

Information du bulletin électronique Royaume-Uni (numéro 33 -partie 2/2 - 3 mars 2003) - Ambassade de France à Londres / Agence pour la Diffusion de l'Information Technologique (ADIT, http://www.adit.fr) - Abonnement gratuit par email : subscribe.be.royaume-uni@adit.fr "

 

fermer

Lire la suitelire