ifremer Ifremer environnement
© Alain Le Magueresse, Ifremer
Arcachon
Surveillance Résultats Votre région

 

Documents
Rechercher
Rechercher
Plan du site Contact Copyright Crédits

Accueil > Glossaire > A > aire marine protégée >

Retour Imprimer

Glossaire

aire marine protégée

Une « aire marine protégée » est une zone (non en km², mais aussi couvrant la profondeur de la mer), espace délimité en mer ou par la mer, sur lequel les instances gouvernantes attribuent un objectif de protection de la nature à long terme. Cet objectif est rarement exclusif et soit souvent associé à un objectif local de développement socio-économique, soit encore avec une gestion durable des ressources. En général, la gestion est confiée à une instance locale dans laquelle sont représentées les différentes parties prenantes. (Pour se faire une idée approximative de la complexité des définitions possibles, on peut imaginer un « Conservatoire de Littoral », non pas vu du côté terrestre, mais du côté marin). Une aire marine protégée se caractérise également par un certain nombre de mesures de gestion mises en œuvre au profit de l’objectif de protection : suivi scientifique, programme d’actions, charte de bonne conduite, protection du domaine public maritime, réglementation, surveillance, information du public… (ν)

Texte visé : Loi du 14 avril 2006, relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux.

Corrélats

voir aussi "parc" et "réserve (naturelle)"

En savoir plus

La loi du 14 avril 2006 , créant l’Agence des aires marines protégées et le statut de parc naturel marin dresse une liste ouverte de catégories d’aires marines protégées :
• réserves naturelles,
• parcs nationaux ayant une partie marine,
• domaine public maritime affecté au Conservatoire du littoral,
• sites Natura 2000,
• arrêtés de protection de biotope,
• parcs naturels marins.

De multiples raisons peuvent conduire à mettre en place une aire marine protégée. Sans prétendre à l’exhaustivité, les motivations peuvent être :
• la protection ou la reconstitution de ressources halieutiques,
• la protection d’espèces ou d’habitats rares et menacés,
• la préservation d’un ensemble d’habitats remarquables,
• la protection de la biodiversité,
• le maintien des capacités d’écosystèmes clés pour les ressources halieutiques, conchylicoles ou pour des espèces patrimoniales,
• la gestion durable d’un milieu naturel soumis à de multiples usages,
• la protection d’un cadre préservé à forte attractivité touristique,
• la restauration de milieux dégradés,
• la mise en place de mesures écologiques compensatoires à des activités ou installations destructrices (création d’un terminal ou extension d’un port, par exemple),
• un espace de référence scientifique,

 

fermer

fermer

Lire la suitelire